Suspension des fédérations sportives aux compétitions internationales: Nicole Assélé se trompe de...

Suspension des fédérations sportives aux compétitions internationales: Nicole Assélé se trompe de cible?

552
0
PARTAGER
Nicole Assélé lors d'un précédent entretien avec la presse/ DR.

Suite aux multiples déconvenues des équipes gabonaises enregistrées dans les compétions continentales et internationales, la ministre des Sports Nicole Assélé, a pris la décision de suspendre les fédérations qui  existent juste de nom. Tout en  donnant  mandat aux fédérations qui prennent parts aux compétitions locales, à participer aux compétitions internationales.

 Les multiples déceptions des cyclistes  depuis la création de  la course reine au Gabon (Tropicale Amissa Bongo), la désillusion totale de l’équipe nationale de football  des moins de 17 ans, lors de la Coupe d’Afrique  des moins de 17ans qui s’est achevée  le 28mai dernier à Libreville, sont sans doute  les raisons qui ont  poussé la tutelle des sports à prendre la décision d’envoyer les fédérations  qui sont régulières  dans les  compétions locales, aux compétitions internationales. Quant aux fédérations n’ayant aucune compétition, ces dernières sont désormais suspendues jusqu’à nouvel ordre.

 Les fédérations  suspendues  s’en défendent, avec comme raison, le manque de compétitions qui serait dû, non seulement au retard de paiement  des subventions, mais aussi à leur insuffisance qui ne permet pas  aux fédérations d’organiser des compétitions dignes de ce nom, pour préparer les sportifs à d’éventuelles compétitions.

Pour certains observateurs, la ministre des sports se trompe d’interlocuteurs: «Au Gabon, ce sont les politiques qui, non seulement orientent la politique sportive, mais gèrent aussi le sport au quotidien, au grand dam des encadreurs sportifs et les sportifs eux-mêmes. Qui a décidé de l’organisation de la Can-U17, alors même que le Gabon a été éliminé au premier tour de la Can sénior qu’il a organisée en début d’année? Cette déconvenue n’a pas suffit pour que les mêmes décideurs acceptent d’organiser une autre Can» a confié à notre rédaction, un ancien international gabonais de football. 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE