Sélectionneur national des Panthères A José Antonio Camacho : le tabac...

Sélectionneur national des Panthères A José Antonio Camacho : le tabac de la même pipe ?

179
0
PARTAGER
,Camacho, Nouveau sélectionneur du Gabon

Les Gabonais sont encore dubitatifs des performances  du nouvel entraîneur des Panthères A du Gabon, version football après trois ans de chômage. Une équipe nationale qui n’a cessé de dégringoler au classement Fifa sous l’égide de   ses prédécesseurs.

Après le départ à minima du coach Jorge Costa à la tête de l’équipe nationale de football, les Panthères, Pierre Alain Mouguengui(PAM), le président de la Fédération gabonaise de football(Fégafoot) et son équipe ont  séjourné tout dernièrement en France et nous ont ramené un nouveau directeur technique des Panthères A. il s’agit d’un Espagnol du nom de José Antonio Camacho que bon nombre des fans du sport-roi locaux décrient comme ’’un sanguin’’. Au chômage depuis trois ans, le doute persiste. La Fégafoot n’a pas jusque-là trouvé une belle pépite et rien ne nous étonne de cette mésaventure des locataires de la Maison Alexandre Samba d’Owendo. D’autant qu’un écueil de taille s’est dressé : la barrière linguistique qui ne permettra pas à l’entraineur national  du moment de transmettre de très  bonnes connaissances aux joueurs et encadreurs. Ainsi se crée par ce manque de mutualisation de langues une sorte de prison.

Delà, nous nous interrogeons si le sélectionneur Camacho pourra-t-il sortir des Panthères dans un trou sans fond auquel  elles se trouvent actuellement ? Ce sont des larmes que les supporters gabonais ne cessent verser depuis des lustres avec à  la clé une marche vertigineuse vers le néant. Comment ne pas s’étonner d’une telle bourde que l’on se voit disqualifier, quand on sait lors du dernier appel à candidature de la Fégafoot au poste de sélectionneur des Panthères du Gabon, le président  PAM avait bien  défini les critères exigibles à tout postulant au poste de coach de l’équipe fanion.

Parmi quelques critères, la connaissance du football africain et la maîtrise de la langue française. Camacho ne rempli aucun des deux critères précités jugés plus importants par l’instance du football national. Certes, sans doute, le ¨Portugais a une petite expérience de haut niveau, simultanément en Europe et en Chine, qui n’est malheureusement pas une terre du sport-roi. Essayons tout simplement de voir et regarder l’avenir « prometteur ».

A vrai dire, la situation s’avèrerait calamiteuse, au regard de la l’état déplorable que  Pierre Emeric Aubameyang et ses coéquipiers se trouvent. Alors qu’on pensait que  la Fégafoot allait recruter d’autres entraîneurs de renom et qui maîtrisent le football du continent. En l’occurrence, Patrice Carteron, coach démissionnaire du club égyptien, le Wadi Degla, qui remplit un bon palmarès.

Dans tous les cas, le vin est tiré, il faut tout simplement le boire. Pour les Gabono-espagnols, il faut d’ores et déjà faire savoir à Camacho qu’il a du pain sur la planche. Il a intérêt de mettre de l’ordre dans sa tanière en plein chaos, mais également répondre à la question suivante : comment les Panthères qui disposent des meilleurs joueurs qui évoluent en Europe et le meilleur joueur africain de l’année se retrouvent à la 111è place au dernier classement Fifa ?

 De toutes les façons, le technicien n’a pas grâce et à un cinq semaines de la Coupe d’Afrique des nations(Can), le nouveau coach doit bâtir une équipe solide, à même de remporter le trophée de la Can. En un mot,  les Gabonais attendent que Camacho sorte du des Panthères du trou, creusé par ses successeurs portugais, Paulo Duarte et Jorge Costa.

Tar’Engongha

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE