Omnisports Dr Nicole Christiane Assélé et le malaise du sport national

Omnisports Dr Nicole Christiane Assélé et le malaise du sport national

159
0
PARTAGER

De par son immixtion dans des affaires internes des fédérations sportives, l’actuelle patronne des Sports met le Gabon dans une mauvaise posture auprès des instances internationales.   

L’actuelle ministre de la Jeunesse et des Sports gérerait-elle de façon ‘’autocratique’’ le département dont elle a la charge ? Ce d’autant plus que depuis sa nomination, le Dr Christiane Nicole Assélé ne serait pas en odeur de sainteté avec les acteurs des différentes disciplines sportives du moment. Alors secrétaire générale dudit ministère, la présidente de la Fédération gabonaise de handball, avec ses multiples casquettes aurait mis à nu toutes les disciplines sportives, excepté le handball dont elle demeure la vraie et irréversible dirigeante.

Dans un courrier adressé à l’ensemble des présidents de fédérations sportives datant du 20 octobre dernier, le secrétaire par intérim Charles Mvé, l’autorité ministérielle exige à tous, l’organisation des assemblées générales électives de renouvellement de leurs mandats, jusqu’au 31 décembre prochain. Délai de rigueur.

Alors qu’à ce qu’il semble, les fédérations n’ont pas jusque-là bénéficié de subvention au cours de ces deux dernières saisons. Avec quels moyens ces fédérations vont-elles organiser ces assemblées générales, se demande-t-on ? De plus, beaucoup de présidents voient leurs différents mandats courir  pour des mois, voire des années encore.

Ce n’est pas tout, au plan de la procédure, les présidents sortants disposent d’un mois, pour avertir les instances internationales, avant l’échéance électorale. Une procédure administrative qui risque de ne pas être respectée, du fait que les présidents fédéraux n’ont pas été informés à temps, et que certains d’entre eux ne sont pas encore arrivés au terme de leur mandat.

Aussi, est-il important de mentionner que le Comité international olympique (CIO) avait demandé en 2013, à toutes les fédérations du Gabon de s’arrimer au mandat olympique. Un mandat qui, rappelons-le, a une durée de quatre ans renouvelables une fois. Le bureau sortant ne peut être réélu, qu’à la seule condition que les bilans moral et financier soient approuvés par l’ensemble des acteurs de la discipline. Mais il n’est fait mention nulle part de l’immixtion du ministère des Sports, comme c’est le cas actuellement.

Une situation de gestion propre au Gabon, où les dirigeants se comportent comme dans la cour du roi Peteau.

Tar’Engongha

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE