Accueil Sport Jeux olympiques 2020 : Fortunes diverses pour les athlètes gabonais

Jeux olympiques 2020 : Fortunes diverses pour les athlètes gabonais

PARTAGER
©DR

Lentement, mais surement, la liste des futurs ambassadeurs devant représenter le Gabon, notre pays, à la grande fête olympique, prévue se tenir en juillet et août prochain, au pays du soleil levant, se peaufine, avec des confirmations, des « mises en attente » et des déceptions.

Le samedi 22 février dernier, à Rabat, au Maroc, au bout d’un match à suspense, Anthony Obame, le taekwondoïste de 31 ans, et, à l’heure actuelle, unique médaillé du Gabon dans toute l’histoire des jeux olympiques, est parvenu à gagner son combat, en finale, face au Nigérian Benjamin Okuomose. Ayant mal débuté la confrontation, il finira par l’emporter sur un score de 19 points à 17, dans la catégorie des plus de 80 kilos. C’est sa troisième qualification, d’affilée, pour les jeux olympiques, après Londres, au Royaume – Uni, et Rio, au Brésil ; une compétition qui l’a révélé au grand public, il y a huit ans aujourd’hui. En ce qui concerne le judo, au grand slam de Düsseldorf, en Allemagne, les judokas Karen Agono Wora et Sarah Myriam Mazouz n’ont pu engranger des points en vue de la qualification pour la compétition japonaise, s’inclinant, respectivement, face à l’Allemande Alina Boehm et l’Autrichienne Bernadette Graf. Même déconvenue pour le boxeur Franck Mombey, sur le ring du Dakar Arena. Cependant, tout n’est pas perdu pour eux, car il leur reste encore une chance de se qualifier. « Je vais rentrer en France, me soigner et continuer la préparation pour les autres compétitions de mon programme », a déclaré le boxeur gabonais.

Ne pas baisser les bras

S’il reste une opportunité à Karen Agono Wora, Sarah Myriam Azouz et Franck Mombey de fouler le sol nippon, la route s’est, malheureusement, arrêtée pour la taekwondoïste Urgence Mouega, évoluant dans la catégorie des moins de 67 kilos. Samedi dernier, à Rabat, Notre compatriote de 25 ans, a croisé le chemin de la Nigériane Elizabeth Oluchi Anyanacho, en demie – finale. Au bout d’une confrontation âprement disputée, c’est la ressortissante du pays de Femi Kutti qui l’emportera sur le score de douze (12) points à cinq (5). Urgence Mouega aura donc échoué aux portes de la qualification. Malgré cette grosse désillusion, la Gabonaise a su relever la tête et, le lendemain, lors du combat pour la troisième place, ne laisser aucune chance à la Kényane Everlyn Aluoch Oloo, la terrassant sur le score, sans appel, de 39 points à 3. S’exprimant après avoir reçu son trophée de 3ème dans sa catégorie, l’athlète gabonaise n’a pas caché sa déception de n’avoir pu se qualifier pour les prochains jeux olympiques. Toutefois, elle a promis de ne pas baisser les bras et de redoubler d’ardeur afin d’être présente à la prochaine édition, qui aura lieu en 2024, à Paris, en terre française. Il est à souligner qu’avant le début des campagnes de qualification, trois athlètes gabonais étaient déjà qualifiés pour Tokyo 2020, grâce aux rangs qu’ils occupent dans le classement mondial. Il s’agit du sprinteur Guy Maganga Gorra (100 et 200 m) et des nageurs Adam – Girard De Langlade Mpali (50 m nage libre) et Aya De Langlade Mpali (50 m nage libre également). Les nageurs gabonais font partie des quinze meilleurs mondiaux d’université, tandis que Guy Maganga Gorra a atteint le minimum requis, bien que pèse, sur lui, le risque d’une disqualification, puisque cela fait plusieurs années que la Fédération Gabonaise d’Athlétisme n’a pas renouvelé son bureau exécutif. Pour l’heure, gageons que ceux de nos athlètes qui sont encore « en ballotage » décrochent leur ticket afin d’augmenter l’effectif de la délégation gabonaise et, par là même, améliorer les chances d’obtenir de nouvelles médailles !!!!!!!!!!!!

Yohan Freddy NGUEMA ZUE              

PARTAGER