Accueil Sport Infrastructures sportives : le Stade Engong d’Oyem : quand la nature reprend...

Infrastructures sportives : le Stade Engong d’Oyem : quand la nature reprend ses droits

PARTAGER
DR.

L’infrastructure, pourtant neuve et construite dans le cadre de la coupe d’Afrique des nations édition 2017, qui a eu lieu dans notre pays, présente un décore désolant.

A son inauguration, les plus hautes autorités du pays, en tête desquelles le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, s’étaient félicité de doter le pays en général, et la province du Woleu Ntem en particulier, d’un édifice sportif de grande envergure. Mais plusieurs mois après son inauguration, mieux après qu’il ait abrité la coupe d’Afrique des nations édition 2017, dont le Gabon était le pays

DR.

organisateur, le stade Engong d’Oyem présente aujourd’hui, un visage loin d’être reluisant.

L’infrastructure, pourtant construite aux normes d’un stade devant abriter des compétitions, est abandonnée à elle-même. Le Stade Engong est envahit de hautes herbes, en raison d’un manque d’entretien.

Faut-il le rappeler, ce stade est situé à Sougdzap, à 17 kilomètre de la commune  d’Oyem sur la route de Bitam. Son éloignement ne pousse même pas les usagers à s’y rendre. La nature et le vide ne faisant pas bon ménage, résultats des courses, des  arbustes et autres hautes herbes, ont repris leur droit, ainsi que des reptiles. Ni le ministère des sports, encore moins l’agence nationale  de gestion d’exploitation des infrastructures sportives et culturelles (ANAGEISC), ne daignent prendre en charge l’entretien. De même que la mairie  d’Oyem ne bouge le moindre petit doigt, certainement en raison de la distance et les moyens que celle-ci  nécessite pour l’entretien. Question : pourquoi dès son inauguration, les autorités n’ont pas pensé à signer un contrat  avec une PME locale pour son entretien ?

Voici, un édifice qui pourtant a nécessité des moyens colossaux au contribuable gabonais et qui s’apprête à aller en ruine au nez et à la barbe des pouvoirs publics.

Triste réalité!

PARTAGER