Accueil Sport Gabon : plus de 2 milliards dus aux coaches des sélections nationales

Gabon : plus de 2 milliards dus aux coaches des sélections nationales

PARTAGER
Franck Nguema, le ministre des Sports rassurant sur le paiement de la dette/©DR

Apparemment le cas José Antonio Garrido, dont le Tribunal arbitral du sport vient de donner raison, n’est pas le seul. D’autres anciens coachs, toutes disciplines confondues, dont l’ardoise s’élève à 2.5 milliards, attendent d’être payés par le ministère des Sports

2,5 milliards, c’est la lourde ardoise que devrait s’acquitter le Gabon auprès des anciens sélectionneurs des équipes nationales, toutes disciplines confondues.  Cette dette date, selon l’actuel ministre des Sports, du passage d’Alain Claude Bi Nzé à la tête de ce département ministériel.  « Dès ma prise de fonction, j’ai hérité d’un certain nombre de dossiers brûlant », a admis Franck Nguema. Parmi ces dossiers, il y a la dette due aux anciens coaches, notamment José Camacho et ses adjoints, José Antonio Garrido, Daniel Cousin et Richardson, coach des Panthères version Handball.

Depuis la décision du tribunal arbitral du sport en faveur de José Antonio Garrido, intervenue le 09 mars dernier,  l’actuel ministre des Sports, Franck Nguema, rassure que cette ardoise est en cours de paiement. « Au nom de la continuité du service public, nous avons pris à bras le corps ce dossier. S’agissant du cas Camacho et les deux adjoints, j’ai déjà l’avis d’ordonnancement, et c’est en cours de paiement », a précisé le ministre, avant de poursuivre : « J’ai déjà pu ordonnancer 1,7 milliard. Nous allons poursuivre les efforts pour régler cette dette ».

Si le patron des Sports au Gabon semble être rassurant quant au paiement effectif d’ici peu, dans l’opinion, cette manière de faire des autorités n’est pas pour reluire l’image du pays. Combien de coaches peuvent-ils encore faire confiance au Gabon avec de tels agissements. Il a fallu que l’actuel sélectionneur des Panthères, Patrice Neveu fasse un tapage pour rentrer en possession des impayés de son salaire. Daniel Cousin s’était également insurgé contre cette même pratique.

Triste réalité

PARTAGER