Accueil Sport Football : Soupçons de malversations financières à la CAF

Football : Soupçons de malversations financières à la CAF

PARTAGER
©DR

Le football africain serait – il de nouveau dans la tourmente ? Tout porte à le croire. En effet, selon un rapport privé, commandé par la Fédération internationale de Football Association (FIFA) à PricewaterhouseCoopers (PwC), une société britannique spécialisée dans les missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil, il est fait état d’ « un éventuel abus de pouvoir » et « des ajustements frauduleux potentiels » dans des documents comptables qui sont jugés « peu fiables et peu dignes de confiance » au sein de la Confédération africaine de Football (CAF).

Comportant une cinquantaine de pages, ledit rapport couvre la période 2015 – 2019 et les mandats des présidents Issa Hayatou et Ahmad Ahmad, actuel dirigeant de l’instance faîtière continentale ; surtout le premier – cité, puisque le second n’est arrivé à la tête de la CAF qu’en 2017. L’examen a été effectué l’année dernière, après la prise en main intérimaire de la gestion financière de la CAF par la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura. Selon le document, sur 10 millions d’USD – cinq milliards sept cent millions de FCFA – de fonds de développement de la FIFA pour l’Afrique, à hauteur de 40 paiements entre 2015 et 2018, PwC a constaté que 4,6 millions d’USD – deux milliards six cent vingt-deux millions de FCFA – sur quatorze paiements n’avaient « pas de pièces justificatives suffisantes ». Le rapport poursuit en soutenant que seuls cinq versements d’un montant de 1,6 million d’USD – neuf cent douze millions de FCFA – avaient « une documentation suffisante » et auraient été utilisés pour les objectifs prévus. Il est également fait mention de versements aux membres du comité exécutif de la CAF de la part de l’organe directeur pour des cadeaux, des dons et même des funérailles ; c’est pour dire.

Démenti et menaces de poursuites judiciaires   

« Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le comité exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux », a déclaré, le lundi 10 février dernier, le vice – président de la CAF et président de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), Constant Omari Selemani. Le dirigeant congolais soutient que ledit rapport ne concerne, en grande partie, que la fin du mandat de l’ancienne équipe dirigeante. « Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, leg d’une gestion familiale de plus de trente ans, le comité exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019 (…) la conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le comité exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat », a – t – il ajouté. Si ces allégations s’avèrent exactes, elles mettraient en grande difficulté le président Ahmad et son bureau. Toutefois, il serait judicieux de souligner que ce fameux rapport est bouclé depuis novembre 2019.

Et, comme par hasard, c’est quelques jours après les recommandations émises à Rabat par Gianni Infantino, le président de la FIFA, pour réformer la CAF et, surtout, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), qu’il fuite dans la presse, via une agence américaine. Par ailleurs, le 14 février dernier, la CAF a entériné la feuille de route CAF 2020 – 2021, qui prend en compte l’ensemble des propositions de la Task Force de la FIFA. Essaierait – on de faire pression sur la CAF, en se servant de la presse, afin qu’elle adhère à la vision de la FIFA ? L’avenir nous le dira. Peut – être !!!!!!!

YFNZ  

PARTAGER