Accueil Sport Football/Mercato estival : les Gabonais ont le vent en poupe

Football/Mercato estival : les Gabonais ont le vent en poupe

PARTAGER
©DR.

Que ce soit Jim ALLEVINAH, Denis BOUANGA ou Pierre Emerick AUBAMEYANG, on peut dire que le mercato, a bien commencé pour les footballeurs gabonais, véritables objets de convoitises. Et ce, en dépit de la non-qualification du Gabon pour la prochaine CAN égyptienne qui débute ce week end.

Après avoir contribué à la montée de Puy Foot 43, de la National 2 à la National, Jim Allevinah vient de s’engager avec le Clermont Foot en Domino’s ligue 2. Son transfert a été rendu officiel le 13 juin dernier. A 24 ans, il signe un contrat – son tout premier en tant que professionnel – de deux ans, plus un en option, avec le club auvergnat, dont il va renforcer le secteur offensif, resté désert après le départ de plusieurs éléments. « Très heureux et fier d’annoncer la signature de mon premier contrat professionnel au @clermontfoot. Je remercie le club pour sa confiance, mes proches, mes agents, @lepuyfoot, ainsi que toutes les personnes qui me soutiennent », a-t-il déclaré sur son compte TWITTER.

Formé au Mans, recruté l’année dernière en provenance du FC Lorient, pour la somme de trois millions d’euros soit 1,9 milliard de francs CFA, l’actuel sociétaire de Nîmes (D1 française), Denis BOUANGA, a réalisé une bonne saison avec les « Crocos ». En 35 matchs de championnat, l’ailier gabonais a inscrit sept buts et délivré trois passes décisives. Une prestation si remarquable qu’elle a suscité l’intérêt de nombreux clubs européens de première division, que ce soit en France (F.C Nantes, Olympique lyonnais, AS Saint Etienne, Rennes, OGC Nice), en Angleterre (Everton, Leicester), aux Pays-Bas (PSV Eindhoven, Feyenoord), en Italie (Fiorentina, Atalanta Bergame, Genoa, Sampdoria), ou en Allemagne (Wolfsburg, Hoffenheim). Selon certains observateurs, « Il a la vitesse et l’intelligence du mouvement pour offrir une menace à l’arrière, qui est son arme principale (…) avec sa polyvalence à jouer sur l’une ou l’autre aile, il est clairement un joueur ascendant ». Récemment, Nîmes Olympique a fait savoir qu’il serait prêt à céder l’international gabonais de 24 ans pour la somme de dix millions d’euros soit 6,5 milliards de francs CFA. Autant dire que ce mercato estival s’annonce agité pour Denis BOUANGA.

Incontestablement, l’attaquant vedette et capitaine des Panthères du Gabon, Pierre Emerick AUBAMEYANG (PEA), co-meilleur buteur de la Premier League anglaise, avec 22 réalisations et auteur de 8 buts en Europa League, le natif de Laval, originaire de Minvoul (de par son père), est le seul Africain présent dans l’équipe-type de ladite compétition continentale, aux côtés d’autres attaquants tels que Joao FELIX (Benfica Lisbonne), Luka JOVIC ( Eintracht Francfort), Pedro (Chelsea), Eden HAZARD (Chelsea, parti au Real Madrid) et Olivier Giroud (Chelsea). Ses statistiques sont si impressionnantes que deux clubs évoluant en Chinese Super League (D1 chinoise), le Shanghai SIPG et le Guangzhou Evergrande, d’après le Times et le Guardian, deux journaux anglais, lui auraient proposé 337.000 euros, soit 220,735 millions de FCFA, par semaine. De quoi faire réfléchir l’attaquant des Gunners, également courtisé par le FC Barcelone et le Real Madrid, qui verrait ses émoluments actuels passer de 825.000 euros, soit 540, 375 millions de FCA ; à 1,348 million d’euros soit 882,940 millions de FCFA. Cependant, Arsenal a définitivement clos le débat en versant une jolie prime « de fidélité » à son numéro 14, qui a vu son compte en banque, selon les médias anglais, s’enrichir de 3,75 millions de livre Sterling soit 2, 8 milliards de FCFA, pour chaque saison passée avec Arsenal. Le club londonien envisage même d’augmenter les émoluments actuels du joueur gabonais. Ainsi, la saison prochaine, PEA pourrait voir ses revenus passer de 200.000 à 390.000 livres Sterling soit plus de 287 millions de FCFA. Agé de 30 ans depuis le 18 juin dernier, PEA vit sans doute les plus belles années de sa carrière.

Cela n’arrive pas souvent que les joueurs gabonais soient aussi prisés au niveau international. Gageons qu’ils reviendront plus forts pour les prochaines campagnes de qualification.

PARTAGER