Accueil Sport Elimination des Panthères à la Can 2019: Daniel Cousin évoque les raisons

Elimination des Panthères à la Can 2019: Daniel Cousin évoque les raisons

PARTAGER
Daniel Cousin/©DR.

Dans une interview accordée au magazine ‘’So foot’’, l’ancien sélectionneur gabonais des panthères, Daniel Cousin a accusé les dirigeants du football gabonais d’être responsables de l’élimination des panthères à la prochaine CAN.

Après la  désillusion essuyée par les panthères à Bujumbura, il y a trois semaines, Daniel Cousin, a pointé un doigt accusateur sur les dirigeants du football gabonais, plus précisément, Alain Claude Bilie By Nze, ministre en charge des sports, comme étant le principal responsable  de la défaite de la sélection nationale pour n’avoir pas mis les moyens d’une bonne préparation des joueurs. « J’avais demandé certaines choses. Aller voir les joueurs en Europe. On m’a répondu qu’il n’y avait pas de moyens. Je souhaitais organiser le stage de préparation au Rwanda pour des raisons climatiques, vu que ce pays dispose d’un centre technique de qualité, avec un terrain synthétique, comme celui de Bujumbura. J’avais fait un budget global de 25 millions de francs cfa environ  (38000  €). Je n’ai reçu aucune réponse.  Du coup, on s’est préparé à Libreville. », a-t-il indiqué.

Ajouté au refus des dirigeants du football gabonais à mettre les moyens pour une bonne préparation des joueurs, Daniel Cousin, a également mentionné l’arrivée tardive de Pierre Emerick Aubame Eyang en sélection et plus grave, le voyage aux côtés de la sélection nationale, de Pierre Aubame et ses deux autres fils, sans son accord. Mais certainement avec la bénédiction du ministre des sports.

Ce coup de gueule de l’ancien sélectionneur vient une fois de plus mettre en évidence les insuffisances managériales au sein de la maison football au Gabon. Profitant de cette interview, Daniel Cousin a encore mentionné la problématique autour de son salaire. En effet, ayant déjà perçu une moitié, il a indiqué qu’il est toujours en attente du paiement de la deuxième partie. 

PARTAGER