Accueil Sport Classement FIFA : une bien triste 88ème place pour le Gabon

Classement FIFA : une bien triste 88ème place pour le Gabon

PARTAGER
Les Panthères/©DR.

Le jeudi 19 septembre dernier, l’instance faîtière du football mondial, la fédération internationale de football association (FIFA), a dévoilé son dernier classement. Au niveau international, grâce à ses performances enregistrées, en éliminatoires de l’Euro 2020, face à Andorre (3 – 0) et l’Albanie (4 – 1), la France passe du 3ème au 2ème rang mondial et talonne désormais la Belgique, 1er du classement. Sur le plan africain, le Sénégal, finaliste malheureux de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN), remportée par l’Algérie en terre égyptienne, occupe la 1ère place continentale et le 20ème rang mondial.

Quant au Gabon, notre pays, absent de la dernière édition de la grande fête du football africain, progresse de deux places, passant de la 90ème à la 88ème place mondiale, soit la 19ème continentale, très loin des ténors du continent noir que sont, la Tunisie (29ème mondial) ou encore le Maroc (39ème mondial). Ainsi, malgré une légère embellie, les récentes performances du Gabon ne lui ont pas permis de se hisser au niveau des places fortes du football africain. Notre pays, qui s’apprête à affronter le Burkina Faso et le Maroc, en match amical, paie non seulement pour sa non – participation à la dernière CAN, mais aussi pour une vision assez floue des objectifs fixés par les responsables de notre football.

Une situation qui apparaît aussi dommageable que paradoxale, surtout lorsque l’on pense que le volume de joueurs gabonais évoluant à l’étranger, notamment en Europe, est en nette croissance, à l’instar des pousses prometteuses telles que Louis Ameka Autchanga et Jim Allevinah ; ou les valeurs sûres telles que Kaku Kanga Guelor, Mario Lémina, Denis Bouanga ou la superstar Pierre Emérick Aubameyang, l’un des meilleurs attaquants au monde, auteur, actuellement, de 16 buts dans le championnat d’élite anglais, dont un superbe marqué sur coup franc, le week-end end dernier, à la 84ème minute, face à Aston Villa. Comment comprendre que la société gabonaise n’arrive pas à tirer profit d’un tel potentiel ?

Existence d’un profond malaise

Avant la dissolution complète de l’équipe nationale de football, de nombreux événements démontraient déjà l’existence d’un profond malaise au sein de la grande famille du football gabonais, polluant les relations entre joueurs, entraîneurs et dirigeants, ces mésententes et frictions ont donné lieu à une suite qui paraît, pour de nombreux observateurs, logique. En prenant la décision de dissoudre l’équipe nationale, au lendemain de la débâcle de Bujumbura, Alain – Claude Bilie – By – Nzé avait été clair au cours d’un point de presse sur les motifs de cette résolution. «  Nous allons rebâtir l’équipe nationale sur de nouvelles bases en mettant de côté tous ceux qui se sont caractérisés par un manque d’envie, de patriotisme, et qui ont plus mis en avant les ressources financières en oubliant la Nation et l’esprit d’équipe ». Le ministre des Sports de l’époque, dans son projet de réorganisation du football gabonais, a également annoncé la mise sur pied d’un règlement intérieur accompagné d’un contrat d’engagement impliquant les notions de discipline, de patriotisme et d’exemplarité auxquelles devront se soumettre les joueurs désireux d’intégrer la sélection.

Il avait, également, évoqué la création, dans les quatre provinces hôtes de la CAN 2017, d’écoles de football et la réduction du nombre de joueurs étrangers dans le championnat national. Panser les plaies du football gabonais, qui se porte au plus mal, ne sera point chose aisée. Pour rebâtir l’édifice qui se meurt, c’est toute la fondation qu’il faut refaire car l’agonie dans laquelle est plongé le sport – roi dans notre pays, de l’avis de plusieurs, n’est que le résultat de l’amateurisme qui se caractérise par de nombreux problèmes de gestion et d’organisation tant au niveau des clubs, de la fédération que de la ligue. Ça tombe bien : le Gabon a embauché, comme nouveau sélectionneur, un spécialiste des « sélections engouffrées ». Autant le mettre à contribution pour des lendemains meilleurs !!!!!!!!

PARTAGER