Accueil Sport Football : grogne dans les ligues de l’Estuaire et du Woleu Ntem

Football : grogne dans les ligues de l’Estuaire et du Woleu Ntem

PARTAGER
Les candidats malhreux/(c)internet.

La colère est montée d’un cran chez les candidats malheureux à la présidence des Ligues de football de l’Estuaire et du Woleu Ntem. Elles dénoncent des irrégularités dans le processus électoral et accusent la Fégafoot d’entretenir l’illégalité.

Pourtant, les élections sont passées, mais les candidats malheureux ne lâchent pas du lest. C’est ainsi que mercredi de la semaine en cours, ces candidats, à savoir, Gabin Zogo Mintsa, Tarcicius Bindza et Mendy Kamangoye, ont dénoncé les maux qui ont miné le processus électoral. Pour eux, il est clair et net que ces élections se sont passées dans des conditions inacceptables. Et de pointer du doigt la fédération gabonaise de football, qui selon eux, entretiendrait un désordre et le flou.

Et de citer le cas de l’Estuaire, où l’élection se serait passée en violation des articles 21 et l’article 35 pour le Woleu-Ntem. Que disent ces articles ? Ils indiquent, à en croire les candidats malheureux, qu’il faut informer les associations membres 30 jours avant et que les documents de travail de l’Assemblée générale doivent parvenir aux mêmes associations 15 jours avant.

De même qu’ils dénoncent le fait que ces élections se seraient déroulées en l’absence d’une commission électorale, comme indiquent les articles 8 pour l’Estuaire et 26 pour la province du Woleu Ntem, « qui disposent qu’aucune élection ne devrait avoir lieu après la mise en place d’une commission électorale ».

Et le rôle de la Fédération dans tout ça ? A en croire les candidats malheureux, l’implication partisane du bureau fédéral était plus que flagrant « Plus grand a été l’étonnement des délégués présents de constater que le scrutin a été géré et présidé à Cocobeach par les membres du Comité Exécutif de la Fégafoot, notamment son Président de la Commission juridique », ont-ils laissé entendre. Et d’ajouter que le bureau fédéral «une immixtion avérée, attitude incivique et trafic d’influence de la Fégafoot, absence d’une Commission électorale, non fiabilité de la liste électorale, rétention de l’information vis-à-vis d’un candidat, délocalisation clandestine et inopportune du Congrès avec manipulation des statuts de la ligue.

Mieux, indiquent Gabin Zogo Mintsa et ses amis « comme pour remuer le couteau dans la plaie, alors que l’on attendait l’ouverture par la Fégafoot du dossier, afin de vider le contentieux pour une sortie de crise, c’est le président fédéral qui, lui-même, prend la décision en validant les élections des ligues du pays alors qu’aucune disposition statutaire ne lui autorise à interférer dans la gestion des élections de ses membres ».

Une seule issue reste envisageable pour les trois plaignants: c’est la mise en place d’un comité de normalisation pour mettre fin à cette crise.

PARTAGER