Accueil Société Voiries/ 3e arrondissement de Ntoum: Les populations de Melen-Bizango bientôt dans la...

Voiries/ 3e arrondissement de Ntoum: Les populations de Melen-Bizango bientôt dans la rue

PARTAGER
La banderole annonçant la colère des populations/pyramidmédiagabon.

Les populations résidant dans la zone de Melen, derrière l’hôpital régional, menacent de descendre dans la rue si d’aventure la principal route du quartier ne connait pas une reprise des travaux dans de meilleurs délais. En effet, la route depuis l’entrée de l’hôpital de Melen jusqu’au terminus des rails et qui ressort au niveau du camp militaire du Pk 12 est en piteux état depuis 2010, soit huit ans aujourd’hui jour pour jour. 

Les populations résidant dans la zone de Melen, derrière l’hôpital régional, menacent de descendre dans la rue si d’aventure la principal route du quartier ne connait pas une reprise des travaux dans de meilleurs délais. En effet, la route depuis l’entrée de l’hôpital de Melen jusqu’au terminus des rails et qui ressort au niveau du camp militaire du Pk 12 est en piteux état depuis 2010, soit huit ans aujourd’hui jour pour jour.

L’état de la voirie /pyramidmédiagabon.

 L’indifférence du ministère des travaux publics face à la difficulté des populations qui y vivent aurait contraints ces dernières à entreprendre des cotisations, afin de louer un engin qui viendrait passer quelques coups de pelleteuses sur cette route qui ne l’est plus que de nom. Seulement, les efforts des populations vivant déjà en dessous du seuil de pauvreté pour la plupart, se seraient avérés vains. Conséquence, en cette période de forte pluviométrie, pas moyen de réaliser une évacuation sanitaire urgente. Les véhiculent rechignent à s’y aventurer au risque d’y rester pour toujours dans le cratère et les lacs qui se sont formés sur ce l’itinéraire d’ apeine 4 kilomètres.

Pourtant, à première vue, l’on constate les travaux de pause des trottoires et des caniveaux avaient longtemps été réalisés. Sauf que la route, elle, n’avait plus jamais figurée dans les priorités du gouvernement de l’époque à la tête duquel trônait encore Paul Biyoghe Mba, ci devant patron politique du coin.

Un habitant s’est d’ailleurs permis d’en dire mot sur la question lors du passage de nos reporters. « Cette route est déclarée réalisée sur les documents. Puisqu’en 2010, les travaux avaient démarrés avant d’être interrompus sans qu’aucune explication valable ne soit donnée », avance cet homme. Et d’ajouter que « l’ancien Premier ministre en sait quelque chose sur ce qu’est advenu de ce chantier. Il a pourtant entrepris les travaux de la route de son côté à Bikélé, mais comme on ne le vote pas ici, il n’a pas voulu s’occuper de notre difficulté. Nous interpellons le président Ali Bongo pour que ces travaux reprennent, le cas contraire nous allons barrer la route principale ».  A bien écouter notre interlocuteur, l’argent aurait été décaissé pour la construction de la route à palabres devenue. Sauf que le gouvernement sous Biyoghe Mba en a fait son affaire. La manne aurait connu une destination inconnue du commun des mortels. Et, avance t-on à Melen hôpital, que depuis que le fils de l’ex-Premier ministre a été flanqué à la mairie de cette juridiction, Michael Mba Biyoghe demeure dans un mutisme qui en dit long sur les plaintes de ses administrés en difficulté. Pour une large opinion, une telle posture ne surprend vraiment personne, dans la mesure où son père avait déjà sorti des priorités gouvernementales, la construction de cette route dont les trottoirs déjà réalisés, ainsi que les caniveaux emplissent de terre d’érosion à chaque pluie, et cèdent dangereusement par endroit.

A noter que ces travaux, s’ils venaient à reprendre, seraient à reprendre carrément à zéro. Il faudra aux pouvoirs publics de financer ce qui l’avait déjà été en 2010. Hier matin, le collectif des jeunes de Bizango rails a hissé une banderole interpellant les pouvoirs publics à la nécessité de commettre rapidement une société sur cette route qui donne une autre interprétation de l’émergence prônée par les plus hautes autorités du pays. Mais cette invite tombera t-elle dans les oreilles de bons entendant ? That’s the question.

 

 

PARTAGER