Accueil Société Vent d’insurrection et de révolte à l’Institut national de formation d’action sanitaire...

Vent d’insurrection et de révolte à l’Institut national de formation d’action sanitaire et sociale

PARTAGER
DR.

Plus rien ne semble aller à l’Institut national de formation d’action sanitaire et sociale. Les étudiants et les membres du syndicat national des travailleurs du secteur social (SYNATRASS), contestent aujourd’hui ouvertement les décisions de la direction générale de cette institution.

C’est lors d’un point de presse tenu le 28 mars dernier au centre social de la Cosyga, que les étudiants et les membres du syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass), ont ouvertement remis en question, les décisions prises, ces derniers temps, par la direction générale de cette institution.«Depuis un certain temps, l’Infass est sous les feux de la rampe. Autrefois fierté de la formation du personnel de santé et des affaires sociales, cette institution est devenue depuis quelques années, un véritable pandémonium. Ne pouvant rester insensible devant les dérives multiformes susceptibles de déboucher sur des conséquences incalculables à même de mettre en péril la politique sociale prônée par le chef de l’Etat, le Synatrass s’insurge une fois de plus, et exige la suspension sans condition, de toutes les décisions arbitraires et discriminatoires, ainsi que le respect scrupuleux des textes en vigueur à l’Infass », a fustigé le secrétaire exécutif national du Synatrass, Roger Ondo Abessolo.

Partenaires sociaux et étudiants stigmatisent, entre autres, l’augmentation exponentielle des frais des travaux de fin de formation, le retrait des diplômes moyennant une somme de 25 000 francs CFA, la séquestration des résultats, la mise en place des frais d’année supplémentaires avec pénalités éventuelles…«Le conseil d’Administration, est l’organe de décision de l’institut. Il délibère sur toutes les questions stratégiques, organisationnelles, administratives et financières intéressant l’institut. A ce titre, il est chargé de fixer les tarifs d’inscription et d’écolage à L’Infass. Aussi, en l’absence de cet organe de délibération, le Synatrass se demande sur quel fondement juridique  repose les décisions prises par la direction générale de l’Infass » se demande le secrétaire exécutif national du Synatrass.

En effet, malgré l’entame des négociations depuis déjà 6 mois, entre le syndicat, la direction générale et les secrétaires généraux des ministères de tutelle de ladite institut, aux fins de  trouver une solution idoine à la situation de crise qui prévaut dans ces lieux, rien n’y fait. Une situation que le syndicat déplore et a du mal à comprendre l’entêtement de la direction générale de l’Infass, qui refuse de se soumettre aux instructions du ministre délégué à la protection sociale visant une sortie de crise.

Daisy Ntongono

 

 

PARTAGER