Accueil Société UOB : le départ de Marc Louis Ropivia ou rien

UOB : le départ de Marc Louis Ropivia ou rien

PARTAGER
DR.

Tel est le souhait du syndicat national des enseignants chercheurs Snec Uob et la  Force de réflexion et d’actions pour l’Enseignement supérieur (Frapes) , qui ont décidé de s’unir pour le départ, sans conditions, de Marc Louis Ropivia dans une semaine.

 Nouvelle montée d’adrénaline à l’Université Omar Bongo où le Snec UOB et la Frape font désormais du départ de Marc Louis Ropivia, le recteur fe l’université Omar Bongo, une condition pour une sérénité au sein de  ce temple du savoir. Pomme de discorde, une tribune libre publiée à l’Union du samedi dernier et dont l’auteur n’est autre que  Serge Lounga, un conseiller très proche du recteur. Pas besoin de revenir sur les détails de cette tribune libre, qui noircit simplement les enseignants.   ;

Sauf que du côté des enseignants, on n’a  été gourmand de mots, pour décrire la gestion des dirigeants de l’Uob: «Immobilisme», «vision sclérosée et ringarde», gestion douteuse des finances de l’Université, manque de volonté, injures à l’encontre des enseignants. 

Les syndicats ne restent pas là. Ils demandent  la tête du recteur Marc Louis Ropivia, d’ici à une semaine. Pour obtenir cette demande, les enseignants menacent  de perturber l’activité académique, affin de pousser « ceux qui l’ont nommé de prendre leurs responsabilités».

Il faut dire qu’entre les syndicats et le recteur, les relations sont de plus en plus exécrables. Outre le non paiement de vacations et autres primes, le recteur n’a pas,  5ans durant, songé à moderniser ce temple du savoir. Et la tribune libre signée du conseiller du recteur n’a fait qu’enfoncer le clou.

PARTAGER