Accueil Société Universités et grandes écoles : quoi après le passage de Nkoghe Bekale ?

Universités et grandes écoles : quoi après le passage de Nkoghe Bekale ?

PARTAGER
Visite de Julien Nkoghe Bekale au ''Bunker'' de l'UOB/©DR

En visite presque inopinée dans l’enceinte de plusieurs établissements supérieurs publics, le premier ministre chef du gouvernement accompagnait d’une poignée des ministres  est allé toucher du doigt les réalités vécues dans lesdits  établissements. De l’Université Omar Bongo, en passant par l’Ecole normal supérieur, Ecole normale supérieur d’enseignement technique et l’université des sciences de la santé, le constat est alarmant.

La visite de Nkoghe Bekale, premier ministre, chef du gouvernement, intervient alors que les enseignants réunis au sein du syndicat national des enseignants chercheurs tenaient depuis juillet dernier   un mouvement de grève. Bien que la grève a été levée, les enseignants réclament entre autres, la régularisation des situations administratives.

Après, le tour du propriétaire dans certaines universités, notamment à l’UOB, c’est à l’amphithéâtre de l’école normale supérieur d’enseignement technique, Enset que Julien Nkoghe Bekale s’est entretenu avec tout le gotha de l’enseignement supérieur. Objectif, mettre en lumière les différents maux qui minent ce secteur et surtout trouver des pistes de solutions afin de sortir la première université gabonaise d’une léthargie qui n’a que trop durée.

’Régulation des situations administratives, la prise en compte du dernier salaire de base  dans le calcul de base de la pension retraite. Il y a également la titularisation des enseignants, la réhabilitation du campus universitaire, l’aménagement des bibliothèques, non sans oublier l’insécurité que connaissent, bon nombre de ces établissements’ les problèmes des universités sont vastes.

Devant un tableau aussi sombre, les syndicats n’attendent plus  autre chose de la part du gouvernement que la résolution urgente des problèmes posés. Même si  dans l’opinion beaucoup sont restés sceptiques quant aux promesses faites par le premier Ministre d’Ali Bongo.

Prenant la parole, le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale a indiqué prendre acte de de toutes ces revendications, «  je suis venu vous dire que nous allons avoir un premier frémissement à partir de cette année ». « Nous allons lancer un programme de modernisation. Avec trois nouveaux amphithéâtres, la réfection des voiries et des clôtures ». Enfin, « nous allons procéder dans les prochains jours, aux nominations des responsables eu sein des universités et grandes  écoles. A dire vrai, c’est souvent régulier, qu’un premier ministre tienne avec les enseignants et responsables du supérieur une telle rencontre. Donc acte, Nkoghe Bekale sera jugé au pied du mur.

PARTAGER