Transport terrestre : Les bus de Sogatra de nouveau stationnés

Transport terrestre : Les bus de Sogatra de nouveau stationnés

248
0
PARTAGER
La base de la Sogatra, où règne un silence de cimetière/DR.

C’est la décision prise au cours d’une assemblée générale du syndicat de cette société, qui s’offusque de statu quo qui perdure et dit  ne rien comprendre sur la tutelle.

Les derniers bus en circulation ont été sommés de se garer à la base de la Sogatra. Ainsi depuis vendredi 09 juin, il est presque impossible de voir un bus de cette entité circuler à Libreville. C’est la conséquence d’une nouvelle grève qui paralyse cette société. Au grand dam des usagers.

A l’origine de ce nouveau débrayage, la non prise en compte par le ministère des Transports, des différents points de revendications souvent à l’origine des grèves à répétition. Et pour montrer leur détermination à aller jusqu’au bout, les agents disent n’observer aucun service minimum. Ainsi, en faisant un tour au Camp de police, siège de la Sogtra, y règne effectivement un silence de cimentière.

En fait, ce qui met les agents dans cette ire, c’est l’attitude observée par la tutelle face à la crise qui secoue la Sogatra. En plus d’enregistrer trois mois de salaires  impayés, les agents exigent la nomination d’un manager intérimaire. Car, selon eux, les absences pour raisons de santé du patron des lieux, ne sont pas pour rassurer le personnel quant à issue favorable de leurs revendications. En outre, les agents disent ne pas avoir une idée claire de ce qui se trame, concernant la déclaration trimestrielle de cotisation à la CNSS.

Quoiqu’on dise, il y a que, depuis la nomination du ministre Flavienne Mfoumou Ondo, la situation est allée décrescendo, au lieu de s’améliorer. Même s’il est vrai qu’à son arrivée, le ministre des Transports avait donné l’impression de prendre à bras le corps ce dossier, rien de conséquent ne semble avoir été fait. Et pourtant, affirment les agents, le ministre avait annoncé un plan de restructuration sociale, où l’on enregistrerait des départs volontaires et obligatoires. Or, jusqu’à ce jour, il semble que ce dossier a été rangé dans les tiroirs du ministre, « alors qu’il était question qu’elle devait nous rappeler pour une séance de travail technique », se rappelle Cyrielle Gaston Ledoumou, délégué syndical à la Sogatra.

Pour sûr, cette situation annonce donc des jours très tumultueux, non seulement pour les usagers, mais aussi pour les agents, qui disent cependant ne rien lâcher, jusqu’à satisfaction totale des revendications légitimes qu’ils exposent.

Enzo Noah 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE