Accueil Société Transport ferroviaire/Autorité de régulation du transport ferroviaire Le Secrétaire exécutif sommé...

Transport ferroviaire/Autorité de régulation du transport ferroviaire Le Secrétaire exécutif sommé de donner des explications

PARTAGER
Le ministre des transports lors de sa passation de charges avec le secrétaire exécutif de l'ARTF/DR.

L’affaire est sur toutes les lèvres au cabinet du ministre des Transports et de la logistique. Le secrétaire exécutif de l’autorité de régulation du transport ferroviaire (ARTF) est sommé par son ministre de donner des explications pour avoir autorisé le règlement de deux (2) mois d’arriérés de salaire sur les quatre (4) accumulés.

Il se dit, au niveau de la tutelle ministérielle de l’ARTF, que le ministre n’aurait pas apprécié que son subordonné, patron de l’ARTF, ait de lui-même pris l’initiative de régler du coup deux mois, alors que lui, le ministre, avait préconisé que seul un mois devait être payé. Ce, malgré la capacité financière de l’entité à apurer les quatre mois d’arriérés attendus par un personnel qui ne cache plus son exaspération du fait de la gestion épicière des ressources de l’entité depuis plusieurs mois.

 Selon certaines indiscrétions, l’actuel secrétaire exécutif de l’ARTF, conscient de l’existence de moyens suffisants dans les caisses de l’entité dont il a la charge, a cru devoir résoudre de moitié la problématique des arriérés, pour permettre le retour de la sérénité au sein de l’ARTF, et surtout pour redonner le goût de l’effort à un personnel affamé et très endetté  au quartier. Le SE croyant bien faire, quelle ne fut pas sa surprise de recevoir une demande d’explication portant le timbre de son ministre…pour cette « faute lourde ».

Ce n’est pas tout. Dit-on, qu’alors secrétaire exécutif de l’ARTF, l’actuel ministre Justin Ndougangoye avait procédé aux nominations des directeurs dans divers services de l’entité sous tutelle technique du ministère des transports. Ces bourgeois, qui n’ont pas le profil de l’emploi, seraient aujourd’hui exemptés de l’obligation du pointage imposé par la hiérarchie. Ils seraient des amis et parents.

Conséquence, seul le reste des employés, les enfants du divorce en quelque sorte, sont assujettis à cette obligation. Aussi, est décriée la prise en charge financière par l’ARTF d’un grand nombre de stagiaires recrutés à la pelle, au même titre que les anciens agents, voire mieux que ces derniers. Il suffit donc d’arborer les couleurs du mouvement que d’aucuns nomment  » la vague bleue »  pour avoir droit aux frais de mission pour des virées dans l’hinterland.  Conséquence, les ressources de l’ARTF se signalent chaque fois au rouge. Une gabegie apparemment entretenue au pont Nomba, siège de l’ARTF.

 

PARTAGER