Accueil Société CES : Suspension du mouvement de grève

CES : Suspension du mouvement de grève

Après plusieurs jours de mouvement d’humeur, les Syndicalistes grévistes du Conseil Économique et Social ont fini par suspendre leur grève, suite à l’entame des négociations ce jour avec le président de l'institution.

PARTAGER
DR.

Revendiquant depuis la semaine dernière, l’amélioration de leurs conditions de travail; le respect de la dignité du personnel; le retour de l’assurance maladie pour les agents et les ayants droit. Dénonçant les disfonctionnements de l’administration centrale; le paiement intégral de près de six mois d’arriéréds de primes, et le règlement de la prime des sessions, les militants du Syndicat des agents du Conseil économique et social (SYNACES), ont décidé ce 19 février dans les locaux du Conseil économique et social (CES), de sursoir leur mouvement de grève. «Toutes ces questions ont été soulevées et portées à l’attention du président du Conseil économique et social (CES),M. René Ndemezo’O, qui a souhaité justement nous rencontrer ce matin, aux fins de discuter et voir ce qu’il y a lieu de faire pour trouver des solutions à ces préoccupations. Au cours des négociations, il a pris l’engagement de nous payer la prime de session qui est souvent réglée en deux ou trois tranches, en une seule tranche et de manière intégrale. Une manière de soulager plusieurs agents qui rencontrent des difficultés dans la vie de tous les jours. Suite à cela, nous avons décidé de suspendre notre mouvement de grève», a déclaré Noël Robespierre Eva, secrétaire général du Synaces.

Cela dit, le secrétaire général de ce syndicat, a tenu à préciser que la suspension de leur mouvement ne veut en aucun cas dire l’arrêt définitif de la grève. Mais que c’est juste une manière pour eux d’exprimer leur respect de la légalité des institutions. De montrer leur bonne fois pour le bon déroulement des négociations, mais aussi pour permettre l’ouverture de la session prévue pour la semaine prochaine. « Nous restons alerte en ce qui concerne le respect des décisions prises lors de cette rencontre. Nous attendons de voir si les engagements pris par le président du CES vont être respectés. En effet, au sortir de cette rencontre, il est prévu qu’un procès-verbal soit établi, daté et signé, afin de donner un caractère officiel des décisions qui ont été prises lors de cette rencontre», a-t-il indiqué.

Toutefois, une question tout aussi essentielle pour les syndicalistes, et qui semble avoir fait l’objet d’une attention particulière lors de ces discutions, est celle du renouvellement du bureau. En effet, il semblerait que malgré le fait que le CES ait certes un nouveau président, le bureau reste cependant inchangé. «Il était donc nécessaire que cette question de renouvellement de bureau soit réglée. Car nous pensons que ce bureau est quelque peu en illégalité, car il devait être changé au mois de décembre. Ce qui n’a pas été fait pour une raison ou une autre. Nous disons que ce bureau doit être dissout et renouvelé conformément à la loi, afin de permettre au président et au nouveau bureau de travailler concomitamment pour le bon fonctionnement de notre institution» a –t-il affirmé.

Suite à la séance de négociations avec la hiérarchie, les militants du Synaces se disent à moitié satisfaits, « car, nous attendons de voir si les engagements pris par le président sont effectivement respectés. Nous attendons que ces décisions soit officialisés, que le procès-verbal puisse contenir l’ensemble des points évoqués, mais plus encore, nous attendons l’effectivité de toutes les décisions et engagements pour être réellement satisfaits» a conclu Noël Robespierre Eva.

Daisy Ntongono

PARTAGER