Suite à l’accident de la circulation survenue à Kango La sécurité routière...

Suite à l’accident de la circulation survenue à Kango La sécurité routière mise à l’index

509
0
PARTAGER

Cette administration a failli à ses missions de prévention sur la sécurité aux usagers de la route en cette période de grandes affluences dans le domaine de transport. Pour limiter des drames comme celui enregistré récemment à Kango.

Après un grave accident de circulation qui s’était produit au village Matsatsa en 2003, une bourgade située à une quarantaine de kilomètres de Mouila, dans la province de la Ngounié, où plus de trente personnes avaient péri, treize ans après, notamment en cette nuit du vendredi 5 au samedi 6 août dernier, près d’une vingtaine de Gabonais viennent de perdre leurs vies. Le macabre accident  – avec la collision de deux véhicules roulant en sens inverse – s’est produit à Kango, dans le département du Komo-Kango.

Ce sont donc des centaines de familles qui sont ainsi endeuillées. Un drame national. Mais que s’est-il réellement passé pour en arriver à cet irréparable ? L’un des chauffeurs dormait-il au volant ? L’une des voitures a-t-elle eu une panne technique ? L’un des conducteurs des deux voitures a-t-il brouillé des phares à l’autre ? Roulaient-ils à une vitesse démentielle ? Autant de questions que les Gabonais se posent encore. Seule l’enquête en cours, si elle est menée dans les règles de l’art, édifiera sur les réelles causes de cet accident qui a coûté la vie à de nombreux compatriotes.

Aux dernières nouvelles, le dimanche 7 août 2016, les ministres concernés par des questions de transport et de sécurité étaient réunis autour du premier ministre, le Pr Daniel Ona Ondo. Toujours ces éternels conclaves qui consistent à « faire le médecin après la mort », mais qui ne se soldent jamais par des actions fortes sur le terrain. Car disons-le aussi, au-delà de la responsabilité des usagers de la route qui confondent leurs véhicules à des bolides de circuit de Formule 1, le gouvernement est également  responsable à plusieurs égards. N’est-ce pas lui qui doit mettre sur pied les mécanismes liés à la sécurité des usagers de la route ? Et l’on se pose la question de savoir quel est en fait, le véritable rôle de la direction de la sécurité routière ? Parce que l’impression qui se dégage est que celle-ci est démissionnaire de ses prérogatives, d’autant plus que personne ne voit les actions qu’elle mène sur le terrain. Pas même des campagnes de sensibilisation. Surtout  en cette période sensible de grande affluence où la plupart des Gabonais prennent essentiellement la route.

De toutes les façons, la liste des personnes décédées au cours de cet accident de Kango, vient s’ajouter à celle d’autres citoyens, qui sont ces derniers temps  mortellement fauchés dans les rues de Libreville et ses environs. Sans qu’un doigt d’une quelconque autorité en charge de la sécurité routière et des transports ne se lève.

Pitié !

Tar’Engongha

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE