Accueil Société Sogatra:Qui en veut à Bruno Minko mi Ngoua?

Sogatra:Qui en veut à Bruno Minko mi Ngoua?

PARTAGER
©DR

À peine nommé à la tête de la Direction Général de la Société gabonaise de transport (Sogatra) que Bruno Minko mi Ngoua fait déjà l’object d’attaques en règle par médias interposés. Pour une large opinion, il se dégage le sentiment d’une volonté de nuire.

A peine nommé et installé dans ses nouvelles fonctions de directeur général de la Société Gabonaise de Transport (SOGATRA) que Bruno Minko mi Ngoua est sèchement  canardé, par médias interposés, pour des raisons supposément afférentes à sa gestion. Il n’aura donc pas bénéficié d’un état de grâce, ni d’être jugé au regard de son bilan, comme c’est la règle en matière de gestion. Et c’est tout justement ce qui parait suspect et a pu susciter la curiosité. Après enquête, il ressort que le DG paierait pour sa rigueur de gestion. Certaines malversations voulant à tout prix être effacées par des hommes tapis dans l’ombre.

Comme tout le monde le sait, la Sogatra, dans son rôle de vecteur de la circulation des personnes, est une société stratégique pour l’Etat. Mais en dépit des moyens financiers et matériels mis pour son fonctionnement et son exploitation, l’entreprise est au bord du gouffre. La faute est due à une mauvaise politique de management, dont la responsabilité pèse lourdement sur les managers qui se sont succédé à sa tête. D’une certaine manière, la Sogatra aura constitué la vache laitière de ses dirigeants plus mus par l’enrichissement personnel que par le souci de mettre sur les rails une entreprise qui en a bien  besoin.

Un audit a mis en lumière tous les facteurs déviants et les entraves à la bonne marche de l’entreprise. Des dossiers accablants existent et c’est ce qui pourrait constituer une sérieuse gêne pour ceux qui auraient, dès lors, intérêt à faire disparaître Sogatra. Or, en seulement trois mois, le nouveau directeur général a pris les choses à bras le corps. Ingénieur financier diplômé des universités de Marseille à Euromed, Bruno Minko mi Ngoua est dans ses éléments en matière de gestion d’entreprise.

Dès sa nomination, il a fait prendre conscience aux syndicats et au personnel de la gravité de la situation et de l’impératif de sauvegarder leur outil de production. En même temps, il initie un conseil d’administration qui s’est tenu finalement le 22 mai 2019 dernier, après six années de pilotage à vue. L’objectif visé étant de trouver les voies et moyens d’assurer le maintien en vie de la société, avec une dette cumulée de 20 milliards de francs, un effectif  pléthorique d’un millier d’agents pour 40 bus en état d’exploitation. Bruno Minko mi Ngoua ne souhaite plus dépendre essentiellement de la subvention de l’Etat. Il tient à maximiser les ressources générées par son activité.

 On peut imaginer que ceux qui veulent le scalp de Bruno Minko mi Ngoua sont certainement ceux qu’il gêne et qui ont des dossiers accablants.

PARTAGER