Sogatra : syndicat contre syndicat

Sogatra : syndicat contre syndicat

108
0
PARTAGER
DR.

La grève des agents de la Société Gabonaise   des Transports (SOGATRA) entamée depuis le mois de février de l’année en cours, n’est pas prête de connaitre son épilogue, en raison d’une mésentente  entre les syndicats représentatifs de cette société.  Pour certains syndicats s’étant constitués en coalition (SYATRAT, SYNTRASO, SYNATRA), la reprise du travail doit passer par le payement du mois de Mai. Et pour le seul syndicat faisant face à la coalition notamment le Syndicat des conducteurs  et des techniciens(SYCOTEC), la reprise du travail  doit être la conséquence du payement  intégral des 4 mois d’arriérés de salaire.

 La journée du 24 juillet en cours s’est ouvert par une assemblée générale de la coalition des syndicalistes ayant pris part à la réunion qu’aurait convoquée la ministre des transports, le 11 juillet dernier. Il s’agissait du Syndicat des acteurs du transport terrestre (SYATRAT), du Syndicat des transporteurs de Sogatra(SYNTRASO), et du Syndicat National des Transporteurs(SYNATRO).  l’ordre du jour portait sur la situation des salaires de SOGATRA et la situation de la CNSS. Le président de l’un des syndicats de la coalition, Rodrigue Tsanga, a affirmé que « le ministère  de tutelle doit faire un effort pour payer ne fut-ce que le mois de Mai, pour la reprise du service minimum ».

 Pour Cyrille Gaston Ndoudi Ledoumou, secrétaire général du syndicat des conducteurs et des techniciens(SYCOTEC) : «  la reprise du service minimum, doit passer inéluctablement par le payement des 4 mois d’arriérés de salaires. ». C’est bien là un bras de fer qui s’oppose entre, d’un coté, la coalition des syndicats qui voudraient reprendre le travail et le syndicat et le Syndicat des conducteurs et des techniciens(SYCOTEC), qui  demeure dans le statu quo, avant satisfaction des  points majeurs inscrits sur la table des négociations.

La coalition des syndicats de Sogatra pointe du doigt  la SYCOTEC et l’accuse d’être entretenu par l’actuelle direction générale. De même, la coalition est taxée de percevoir des pots-de-vin qui leur seraient reversés par les hauts responsables  de cette société. Pendant que cette crise perdure, c’est des familles entières qui passent des moments difficiles.

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE