Accueil Société Colère des consommateurs de La SEEG: vers la mise en place d’une...

Colère des consommateurs de La SEEG: vers la mise en place d’une usine pour pallier à la pénurie d’eau à Libreville

PARTAGER
Les consommateurs lors du mouvement d'humeur/DR.

Dans le but de satisfaire la demande de plus en plus grande en eau de près de 175 500 abonnés, mais surtout pour répondre à la manifestation des consommateurs mécontents présents le 13 février devant le siège de la SEEG, la direction préconise la construction d’une nouvelle usine.

Afin de répondre de manière plus efficace, à la demande d’eau de plus en plus importante des populations des différents quartiers de Libreville, mais aussi et surtout, pour apaiser les consommateurs mécontents qui ont initié une manifestation le 13 février dernier devant le siège de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), Antoine Boo, le Responsable de la filiale gabonaise du groupe Véolia recommande, la construction d’une usine d’eau. « Nous entendons le mécontentement des habitants de Libreville sur la problématique du manque de distribution d’eau potable dans certains quartiers. Il y a un manque de capacité de production c’est évident. Il faut construire absolument une nouvelle usine. C’est ce que la SEEG ne cesse de plaider depuis longtemps, c’est une priorité nationale ! Ces investissements de long terme ne sont pas portés par la SEEG, qui est l’opérateur national. C’est tout l’enjeu du projet de construction de Ntoum 7 qui n’est toujours pas réalisé, mais qui permettrait de satisfaire tous les besoins de Libreville » a t-il déclaré.

Le problème d’eau comme celui de l’électricité est devenu, en effet, récurrent, voire permanent dans certains quartiers, a fini par avoir raison de la patience des consommateurs, qui, pour manifester leur ras-le-bol, se sont rués vers le siège de la SEEG mardi dernier, munis de pancartes et de banderoles. « Nous voulons de l’eau ! Comment comprendre qu’en pleine capitale politique, l’eau n’arrive pas dans les quartiers.Comment expliquer que dans un pays comme le nôtre, même les hôpitaux manquent d’eau courante. Le CHUL qui est en face de la SEEG, n’a pas d’eau, ce n’est pas normal !Il y a des fuites d’eau partout, mais aucune goutte dans les robinets. Pourtant, nous sommes harcelés constamment par les agents de la SEEG pour venir payer les factures.Voyez-vous, aujourd’hui, nous sommes obligés de boire l’eau des puits et de la pluie qui n’est pas potable, et qui nous rends malades. Nos enfants ont la gale, les teignes, la bilharziose à cause de ces eaux usées que nous utilisons au quotidien » c’est indigné JB, l’un des manifestants.

En attendant que le projet de la nouvelle usine, destinée à améliorer le problème de la desserte en eau potable dans la capitale gabonaise se concrétise, quels sont les moyens mis en œuvre par la société d’énergie et d’eau du Gabon, pour palier à ce problème qui n’a que trop duré?

Daisy Ntongono

PARTAGER