Sécurité routière: L’alcotest de nouveau au Gabon

Sécurité routière: L’alcotest de nouveau au Gabon

208
0
PARTAGER
DR.

Pour une meilleure prévention routière en cette période de vacances, le ministère des Transports, en partenariat avec le Rotary club doyen de Libreville, a lancé samedi dernier, une campagne de prévention des accidents par le biais de l’alcotest.

Dans le but de limiter les accidents de  la route liés par la consommation d’alcool par les conducteurs, le ministre des Transports, en partenariat avec le Rotary club Libreville doyen, a initié une campagne de sensibilisation le samedi dernier. Les tests d’alcotests fournis par le Rotary à cet effet, ont tout de suite été effectués aux carrefours I.A.I et Rond point de la cité des ailes, sur plusieurs automobilistes. Et malgré quelques récalcitrants, et quelques tests positifs, l’initiative a été jugée louable par la plupart des conducteurs. «C’est sans aucun doute une très bonne chose, cette méthode de détection du taux d’alcool dans le sang de ces hommes qui sont en charge de nous conduire à destination. Mais cette mesure ne doit pas seulement se limiter aux conducteurs de taxis. Les particuliers doivent également subir ce test, car tous sont susceptibles d’être à l’origine d’un accident» confie un usager.

Boire ou conduire, il faut choisir et Agir pour le Gabon ! Tel est le slogan scandé il y a quelques années encore par une association  luttant contre la prise d’alcool au volant, dirigé par le Dr Alphonse Louma. Hier un combat de tous les instants, aujourd’hui, une action plus que réelle et effective. En cette période de vacances, cette prévention doit être plus que jamais mise en œuvre et à tous les niveaux. « A la veille des grands départs pour les vacances, il est important d’attirer l’attention des transporteurs sur le risque plus qu’élevé d’accidents routiers. Et la nécessité pour chacun d’entre eux de faire preuve de prudence et de responsabilité » a indiqué le président du Rotary club, Edgard Moukoumbi.

Pour cette 7ème édition de prévention routière, et au vu des moyens et technologies mis en œuvre pour obtenir des résultats plus concluants, il revient donc à chacun de véritablement prendre conscience des conséquences désastreuses de l’alcool au volant. Car pendre le risque de dépasser les 0.80g d’alcool pour 1000 autorisé, c’est décider de mettre les vies humaines en danger.

Après l’échec du projet en 1996, on espère que l’alcotest imprimera sa marque sur la circulation routière au Gabon.

Daisy Ntongono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE