« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » : Manfounbi...

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » : Manfounbi veut tricher avec la science et la technique !

921
0
PARTAGER
Yves Fernand Manfounbi; ministre de l'agriculture/ DR.

Suite à la fermeture de trois agences du ministère de l’Agriculture, le ministre en charge de ce département, a accordé un entretien au quotidien L’Union. Les éclaircissements d’Yves Fernand Manfounbi ne sont pas restés sans réactions.

 Ainsi, pour démontrer que le ministre de l’Agriculture qu’il est peut être mal conseillé et qu’il ne serait pas au fait de la réalité, un ancien cadre  qui a requis l’anonymat, réagit face propos de Yves Fernand Manfounbi.

Les extraits de ses éclaircissements : « Alors que nous savons tous que le Gabon importe presque 85% des denrées alimentaires consommées, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, vient publiquement démontrer ses insuffisances sur la connaissance réelle de nos problèmes.

 Alors que nous importons chaque année des centaines de milliers de tonnes de Cotis, des pattes de porcs (bottines,…), les parties nobles (musclés, ***,…) et les porcs entiers, le ministre de l’Agriculture Yves Fernand Manfounbi, a  déclaré, dans le cadre d’une interview donnée au quotidien gouvernemental L’Union du Mardi 30 mai en page 5, que notre pays n’importe plus de la viande de porc ! Une ignorance du ministre où une ironie ? S’interroge cet ancien cadre du ministère de l’Agriculture.

Selon les propos tenus par le ministre de l’agriculture, Yves Fernand Manfounbi, ce dernier  confond filière et spéculation lorsqu’il parle de laitue qui est une spéculation de la filière maraichage. Notre ministre de l’agriculture pense qu’en termes de cultures maraichères où notre pays dépend encore d’environ 60% de l’extérieur, le problème a été résolu ! Quelle catastrophe !! S’indigne t-il.

Au moment où notre pays importe chaque année pour 370 milliards de FCFA des denrées alimentaires (non compris les boissons), et dont près de 65% (240 milliards) représente des produits d’élevage. A l’heure où la production de viande de porc avoisine les 4000 tonnes par an et les importations près de 30.000 tonnes l’année.

 Au regard de cet constat, nous confie l’ingénieur agronome, « nous pouvons conclure que notre ministre ne sait pas encore ce que veut le chef de l’Etat, qui l’a envoyé  dans ce ministère très technique et scientifique ».

 

Pour lui, Une action sérieuse de ce ministère aura comme effets bénéfiques : à l’exemple d’un encadrement de proximité des producteurs et la fourniture des intrants de qualité et un contrôle rigoureux scientifique sur la base d’analyses de laboratoires de toute cette mal bouffe qu’on nous déverse sur les marchés (légumes bourrés de pesticides et d’engrais chimiques,…) et empêcher les nombreux compatriotes d’aller chercher les cotis à la poubelle de Mindoubé.

IL serait peut-être temps de professionnaliser ce ministère qui a tant souffert !! Car les nombreuses maladies (Cancers,…) développées aujourd’hui ont pour cause la mal bouffe, entre autres ».

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE