Accueil Société Santé : SOS AVC sur les fonds baptismaux

Santé : SOS AVC sur les fonds baptismaux

PARTAGER
Le directoire de SOS AVC/pyramidmédigabon.

C’est à l’occasion d’une cérémonie sombre organisée dans un hôtel de la place que la présentation officielle de SOS AVC a eu lieu le vendredi 29 juin. C’est une organisation non gouvernementale qui a pour ambition de lutter contre les accidents vasculaires cérébraux. Elle a donc pour missions de sensibiliser et de prévenir les usagers sur les risques de ce nouveau fléau.

Aimée Délia Bilouni Ndjally, c’est la présidente de cette ONG SOS AVC. Victime d’un accident vasculaire cérébral en 2011, elle s’est donc portée volontaire de créer cette ONG dont le but est de prévenir, sensibiliser les familles sur cette maladie qui fait de nombreux victimes. Guérie de ce dangereux accident, elle  qui a toujours été dynamique et pratiquer du sport de haut niveau, se considère comme une miraculeuse « l’accident vasculaire cérébral est un problème qui nous concerne tous. Ceux qui surmontent cette terrible maladie sont généralement considérés comme des « miraculeux », « c’est mon cas ».

L’assistance lors de la rencontre et la victime embrassant sa maman qui a été un soutien important lors de son accident/pyramidmediagabon.

Il faut dire que les missions de SOS AVC qui sont en plus de la sensibilisation et la prévention, la facilitation les démarches administratives pour l’accès aux soins, grâce à l’action de ses partenaires nationaux et internationaux. Elle envisage d’accompagner les malades, plus spécifiquement les personnes souffrant de lésions cérébrales à la suite de l’accident vasculaire cérébral. A cet effet, des campagnes de sensibilisation et d’informations, de plateformes d’experts et autre mises à disposition du grand public des guides d’information sur les accidents vasculaires cérébraux sont prévues, le tout avec l’organisation des congrès médicaux.

L’AVC, à en croire Mme Bilouni Ndjally, est une tueuse silencieuse « lorsqu’elle ne cause pas d’handicap physique ou démence. La prévalence hospitalière est de 15 à 20%. Plus grave : sur 10 cas d’AVC sept en décèdent. C’est une pathologie de tous les âges. Si 50% des AVC surviennent chez les personnes de plus 75ans, 15%apparaissent chez les moins de 50ans et 25% chez les moins de 65ans. J’avais 41 ans quand j’en ai été victime. Je voudrais aussi que mon expérience serve d’exemple pour ceux qui seront dans la détresse, je voudrais être la voix de ceux qui ont perdu l’usage de la parole ; je voudrais témoigner pour ceux qui ont honte de leurs séquelles ; je voudrais être la preuve qu’il peut y avoir une vie après un accident vasculaire cérébrale ».

Notons que l’ONG SOS AVC a été créée le 06 février 2014. Sa sortie officielle a été célébrée suite à la délivrance de son récépissé par les instances du ministère de l’intérieur. 

Défendre les droits fondamentaux des malades, promouvoir la prévention, la recherche et la formation sont, entre autres, les crédos de SOS AVC

A noter que la CNSS, dans le cadre de ses actions sociales, accompagne SOS AVC dans ce noble combat.

PARTAGER