Accueil Société Santé : Quid des conditions sanitaires en zone rurale ?

Santé : Quid des conditions sanitaires en zone rurale ?

PARTAGER
Comme le centre de santé de Kango, d'autres centres connaissent un problème de personnels/©DR

La santé dans les zones les plus reculées de la capitale demeure un véritable casse-tête chinois. Entre personnel inexistant, structures d’accueil en mauvaises états et le manque criard de médicaments, c’est le tableau sombre que présente la santé en zone rurale. Une situation qui cause du tort à une population touchée par la précarité.

La question d’accès aux soins de santé en zone rurale est un problème crucial auquel devrait s’atteler le gouvernement, via le ministère de la Santé. Le département de la santé, tout comme celui de l’Education, a toujours connu le problème d’inégalité dans la répartition de son personnel. Il n’est pas rare de constater certains villages se vider du personnel de santé. Ou quand  il existe, c’est le problème de structures d’accueil ou/et des médicaments qui se pose.

Il faut dire que cette situation est due au fait que les personnels de santé, profèrent rester en zone urbaine, où il aurait « beaucoup plus d’activité Et où les conditions de travail et de vie sont réunies  Ce qui n’est pas le cas en zone rurale ».

Avec un plus de plus de 10 000 agents, la répartition du personnel de santé demeure une équation assez difficile à résoudre. En zone urbaine, comme Libreville et ses environs  c’est plus 95% du personnel qui y exerce. Cependant que, l’intérieur du pays est oublié.

Résultats de courses : il n’est pas rare d’enregistrer des morts, même pour une morsure de serpent, voire un ‘’Palu’’. Tenez par exemple, partant de Bifoun, jusqu’à Kango, il n’y a aucune structure sanitaire, qui peut assurer les premiers soins, aux usagers. Un paradoxe pour une zone qui connait une intense  circulation routière causant de nombreux accidents.

Il y a moins d’un mois, le DR Max Likoumou, ministre de Santé, donnait la vie à un bébé, dont  la maman perdait les eaux, dans un bus de la Sogatra sur la zone de Kango. Des situations qui devraient servir d’exemples et emmener les autorités à œuvrer pour des meilleures conditions de santé, des populations villageoises.

PARTAGER