Santé : Des médecins et infirmières transformés en arnaqueurs?

Santé : Des médecins et infirmières transformés en arnaqueurs?

658
0
PARTAGER
DR.

C’est un véritable calvaire que les infirmières, les médecins et d’autres personnels de santé, font vivre aux populations dans différents centres de santé. Alors qu’ils doivent procéder à la distribution gratuite des médicaments, souvent offerts par des organisations non gouvernementales, associations et l’Etat lui-même, il se trouve que l’on commercialise ces produits pharmaceutiques. Au grand désarroi des patients.

Afin de permettre à certains malades d’acquérir des médicaments gratuitement et aux hôpitaux de soulager rapidement certaines pathologies, des médicaments sont souvent offerts aux structures hospitalières du Gabon. Et ce, en suivant une liste précédemment dressée à cet effet. Seulement, il devient rare que les patients en disposent gratuite, le personnel de santé ayant décidé de faire fortune en se servant de ces médicaments.

Un malade, soigné à l’hôpital spécialisé de Nkembo nous a confié le calvaire qu’ils endurent et le stratagème utilisé par les pratiquants pour les arnaquer. « Je me fait traiter ici depuis des mois. Mon médecin traitant – dont je tais le nom – m’a prescrit une ordonnance, afin que je me rende dans la pharmacie la plus proche. Avant de sortir de son bureau, il m’a indiqué que sur les cinq médicaments inscrits sur l’ordonnance, trois étaient disponibles à l’hôpital et qu’il fallait se rapprocher de sa collaboratrice, pour s’en procurer. C’est ainsi que j’ai acheté les tablettes, à raison de  10.000 FCFA l’une, chez sa collaboratrice. Sans qu’aucun reçu ne me soit remis ». Est-il permis aux médecins de vendre des médicaments ? Où et à qui est reversé cet argent ? Des questions qui méritent des éclaircissements.

Ce récit du malade est d’ailleurs soutenu par un agent de l’administration du centre hospitalier de Libreville, qui place ces agissements sous le fait de la mauvaise foi des agents du secteur de la santé et au non respect de leur serment d’Hippocrate. Un serment troqué contre les plaisirs d’un enrichissement rapide, sur le dos de malades qui luttent pourtant pour recouvrer la santé. Ignoble, comme pratique !

Un tel comportement ne peut que jeter un discrédit sur un métier noble et qui hautement apprécié en son temps. Les décideurs sont donc interpellés pour mettre de l’ordre dans le secteur. Si l’on veut sauver la population gabonaise d’une mort certaine.

ADN

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE