Santé : la drépanocytose vue par le Pr Alain Ondo

Santé : la drépanocytose vue par le Pr Alain Ondo

613
0
PARTAGER
le Pr Alain Ondo; spécialiste de la drépanocytose

C’est l’une des maladies qui défraie la chronique depuis plus de 10 ans déjà, c’est-à-dire de 2005, date de sa déclaration comme une priorité de santé publique par les instances mondiales de la santé, jusqu’à ce jour. Un spécialiste de la chose reconnu mondialement, le Pr Alain Ondo, fait un état des lieux de cette maladie au niveau du Gabon.

La drépanocytose, maladie mondialement reconnue a été déclarée par les instances de la santé, notamment, l’Organisation Mondiale de la Santé en 2005, bien sûr avec l’appui des structures financières, telles que le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale, comme priorité de santé  publique. C’est l’une des maladies qui défraie la chronique depuis son existence.

Dans un entretien  accordé à nos confrères de Gabonreview, le pédiatre, Pr Alain Ondo, le spécialiste de la drépanocytose reconnu mondialement fait un diagnostique de la maladie au niveau du Gabon. C’est donc sans complaisance que ce médecin attaque le gouvernement et interpelle les plus hautes autorités du pays à prendre en compte cette maladie, à  l’inscrivant dans le processus de CNAMGS. La drépanocytose est une priorité de santé publique, dans tous les pays. A-t-il affirmé. Avant de reconnaitre qu’au niveau de notre pays, hélas, aucune prise en charge dans nos structures hospitalières. Il dénonce ; un manque de volonté politique des plus hautes autorités du pays. Cependant que dans d’autres pays, de telles maladies sont prises en compte à hauteur de 100%.

Dans ce cadre, qu’attend le gouvernement à prendre en charge à 100% cette maladie, comme c’est le cas des malades soufrant de l’insuffisance rénale, qui sont traités, grâce à CNAMGS, gratuitement au centre national d’Hémodialyse ?

Faut-il le rappeler, à ce jour c’est au moins 50 millions de personnes qui sont atteintes de la drépanocytose dans le Monde. Au Gabon, affirme le Pr Alain Ondo,  les porteurs du gène de la drépanocytose représentent 25% de la population, c’est-à-dire un Gabonais sur quatre. Les porteurs du gène ne sont pas malades, ils sont seulement transmetteurs. Et si on estime au dernier statistique, notre population tourne autour de 1,5 million, il y a à peu près 285 mille gabonais (AS). La maladie elle-même touche 2% de la population, cela veut dire qu’il naît environ 200 enfants chaque année, soit 2000 enfants drépanocytaires, c’est-à-dire la forme homozygote de la maladie elle-même. Notons que c’est au moins 800 enfants, soit 75% des enfants, qui sont suivis au centre de la Drépanocytose. A- t-il  conclu.

Il reste maintenant au gouvernement  gabonais, d’en faire une santé publique prioritaire. Un souci primordial pour le pédiatre Pr Alain Ondo.

Samora Royal.

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE