Accueil Société Santé : la grogne des médecins

Santé : la grogne des médecins

PARTAGER
Le CHUA, aujourd'hui hôpital des instructions des armées/(c)internet.

Cette semaine pourrait être très mouvementée au ministère de la santé. Et pour cause, les médecins et autres personnels de santé, sont mécontents de l’attribution du CHU d’Agondgé à la Santé Militaire.

Il faut dire que cette décision de mettre le centre hospitalier universitaire d’Agondje sous tutelle de la direction générale de la santé militaire a été prise en conseil de ministre de juin 2017, les plaintes des médecins et autres personnels de santé sont restées au stade des murmures. Certainement attendaient t-ils que cette décision se matérialise. Ce qui est devenue chose faite.

Et comme il fallait s’y attendre, les médecins ont réagi. C’était à l’occasion de la rentrée syndicale des médecins fonctionnaires du Gabon tenue jeudi dernier dans l’enceinte du nouvel hôpital d’instruction des armées. Parmi les points en discussion, il y avait entre autres, le changement du CHUA, comme structure de santé militaire, le versement des prestations de la Cnamgs aux hôpitaux et les démarches du syndicat pour la prise en compte des spécialistes après leurs stages de formation.

Sur le premier point qui fâche, les médecins ont dit ne pas vouloir travailler en milieu militaire. ‘’Nous n’allons pas travailler dans une structure que nous ne connaissons pas’’, a laissé entendre le syndicat. Pour se faire entendre, le syndicat a décidé de saisir le conseil d’Etat pour rentrer dans ses droits et de faire un sit-in au ministère de la santé.

En prenant cette décision, les autorités avaient fait trois propositions. La première ; faire travailler le personnel de santé militaire et civil ensemble; le personnel civil a catégoriquement refusé cette mutation, il fera simplement la demande de travailler dans une autre structure sanitaire publique, sous tutelle du ministère de la santé. Quant à la troisième option, il sera question pour le service de santé militaire de recruter son propre personnel, puisqu’on y dénombre un manque de la main d’œuvre.

PARTAGER