Accueil Société Route nationale 1: Le retour des pluies, un vrai supplice

Route nationale 1: Le retour des pluies, un vrai supplice

PARTAGER
©DR.

Laissée inexplicablement dans un état de délabrement plus que préoccupant, durant toute la période de la saison sèche, la route nationale 1, premier tronçon routier du pays, se transforme, de plus en plus, à un vaste bourbier nourri par la forte pluviométrie due au retour de la saison des pluies.

Si rien n’est fait dans l’urgence pour parer au plus pressé,  l’axe routier Ntoum-Kango pourrait se couper en deux. Empêchant tout trafic vers l’hinterland. Vraisemblablement, de nombreux désagréments causés aux automobilistes qui empruntent cet axe routier au quotidien n’ont pas suffi pour interpeller les pouvoirs publics à inscrire dans les priorités cette route de la honte devenue.  Le trajet sur l’axe pk12- pont sur la rivière Agoula, nécessite désormais environ quatre heures de temps,  contrairement à un passé récent où le même trajet était effectué en une heure environ. Une situation qui a pour conséquence de causer des dommages incalculables sur les véhicules et les marchandises en provenance de l’arrière-pays, ainsi que des pays limitrophes, pour le ravitaillement de Libreville en produits agricoles.

La forte activité des sociétés d’exploitation du secteur bois, dont la fréquence soutenue sur cette route n’est pas pour arranger les choses. À ce qu’il semble, les choses se passent sous le regard apparemment impuissant du gouvernement qui, visiblement, peine à  solutionner le problème. La tournée interprovinciale du secrétaire général du DCPR, en cours, va constituer une occasion pour les tenants du pouvoir qui se sont rendus par voie terrestre,  de se rendre compte de l’urgence de commettre une entreprise pour la réfection dudit tronçon.

PARTAGER