Accueil Société Réouverture du restaurant universitaire : entre colère et arnaque

Réouverture du restaurant universitaire : entre colère et arnaque

PARTAGER
Le restaurant universitaire.

La joie des étudiants, à l’occasion de la réouverture du restaurant universitaire qui eu lieu ce jeudi, n’a été que de courte durée. Et pour cause, ces étudiants se disent moins satisfaits du menu au regard de la somme déboursée 500f.

Fermé depuis plusieurs mois, le restaurant universitaire a rouvert ses portes ce jeudi en présence du ministre d’Etat en charge de l’enseignement supérieur, Guy Bertrand Mapangou.

Seulement, si certains se disent contents de la réouverture, notamment la direction générale du centre national des œuvres universitaires, les étudiants eux restent encore sur leur faim, avec les premiers plats servis. Et pour cause, les étudiants ont moins apprécié le menu un peu creux et la somme déboursée à cet effet, soit 500F pour juste un plat de résistance. . «Sur notre table, nous n’avons qu’une carafe d’eau du robinet. Ni essuie-tout, ni même les condiments telles que la mayonnaise, la moutarde, pas même un cure-dent. Où est passé notre dessert habituel ? Finalement, on mange mieux et beaucoup moins cher hors de l’université». Un constat qui a emmené certains à prendre la décision de ne plus y mettre pied.

On s’en défend au niveau du CNOU. En effet, à en croire les responsables de cette entité, «Les étudiants ont constaté qu’il n’y avait plus de plat d’entrée ni de dessert. Seulement, il faut préciser que Sodexo a géré le Resto U pendant cinq ans, et est arrivée à l’UOB avec beaucoup plus de moyens que le Cnou, ce qui fait qu’il a pu proposer un meilleur plat. Or, nous savons aussi que ça n’a pas tenu longtemps, parce que le plat offert était subventionné. Soyons réalistes, il est difficile aujourd’hui d’offrir aux étudiants un plat au prix de 500 francs comprenant une entrée et un dessert. Ce qui se trouve actuellement dans le plat offert aux étudiants coûte plus de 500 francs.

Malgré cette colère des étudiants, le membre du gouvernement ayant pris part à cette cérémonie de réouverture s’est dit satisfait de la reprise des activités au sein du resto U. «Ce restaurant est resté fermé pendant un an et demi, avec à la solde la mise en situation de chômage de 120 compatriotes. Je suis heureux de sa réhabilitation aujourd’hui, même si les étudiants se sont plaints qu’il n’y a pas par exemple des cure-dents. Mais tout ça viendra. L’important était de rouvrir le restaurant, parce que les étudiants allaient se restaurer plus loin, avec les risques que l’on connaît», a déclaré Guy-Bertrand Mapangou.

Suite à la mise à disposition d’un matériel conséquent, c’est donc prêt de 1000 plats qui pourront être servis par jour. En espérant seulement que cette réouverture ne soit pas éphémère et que le Cnou s’attèle à satisfaire les besoins de sa clientèle.

A noter qu’après le départ de Sodexo, ce restaurant est resté fermé durant près de deux ans, et a laissé sur le carreau 120 gabonais.

PARTAGER