Rentrée scolaire : Un visage sombre des établissements

Rentrée scolaire : Un visage sombre des établissements

110
0
PARTAGER

La rentrée administrative pourrait avoir lieu le 07 Octobre prochain, selon une note circulaire du ministère de l’éducation nationale. Mais le visage de plusieurs établissements de Libreville ne laisse visiblement pas présager quelque chose de telle. Une situation inquiétante tant pour le corps administratif que pour les élèves.

Il ne sera pas hasardeux d’émettre l’hypothèse d’une année blanche cette année. Ni les établissements scolaires, ne sont prêts .Du lycée d’Etat au lycée Paul Indjendjè Gondjout, en passant par le lycée Jean Hilaire Aubame Eyeghe de Nzeng Ayong, aucun mouvement en vue.

Les structures d’accueil sont encore en état .Dans certains établissements primaires et pré primaires de Libreville, certaines  salles de classes sont ouvertes  sans portail ni serrure, avec des tables bancs cassés et en nombre insuffisant .Hors chaque année, il ya de nouveaux élèves qui intègrent le CP. Les problèmes d’éclairages, sont toujours d’actualité, aussi bien à l’extérieur des salles de classe qu’à l’intérieur.  Une situation très inquiétante qui ne garantit rien d’une meilleure année academique, surtout si le gouvernement, via le ministère de l’éducation nationale, ne songe à réfectionner globalement le patrimoine scolaire.

Actuellement une commission d’affectation des mutations des différents responsables d’établissements du 1er et du 2nd degré siège et ce n’est seulement qu’à l’issue de cette rencontre que les choses pourraient enfin démarrer sur l’ensemble du territoire national .Mais pour la plupart, les syndicalistes ne sont à prêts de reprendre le chemin de l’école, et   peu importe la décision qui pourrait émaner du ministère estiment ils  .

Pour eux, tant que Jean Rémy Yama et tous les autres syndicalistes croupissent derrière les barreaux, il n’est pas question pour eux de reprendre les cours. « Ya pas de rentrée scolaire tant que Yama et les autres sont toujours incarcérés » a martelé Marcel Libama l’un des syndicalistes.

Nalette Beverly Obono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE