Rencontre entre le ministre de l’Education Nationale et les syndicalistes Florentin Moussavou...

Rencontre entre le ministre de l’Education Nationale et les syndicalistes Florentin Moussavou : « Il n’y aura pas d’année blanche au Gabon »

413
0
PARTAGER
Ministre de l’éducation Nationale, Florentin Moussavou

C’est ce qui ressort de la rencontre entre le  ministre  de l’Education Nationale, Florentin Moussavou,  et les centrales    syndicales  des enseignants contractuel de l’Etat et celui de la fédération des enseignants de l’Education Nationale.

La crise qui secoue  le secteur de l’éducation a pris une autre tournure depuis la suspension de l’une des centrales syndicales en grève depuis des mois,  la Conasysed.   Le ministre, pour tenter de rassurer les partenaires sociaux, n’est pas allé par le dos de la cuillère  pour dénoncer les mauvaises pratiques et les comportements peu orthodoxes, de certains responsables d’établissement qui, au lieu  de ramener   la sérénité,   ont plutôt encouragé les enseignants grévistes.  Ainsi, pour le ministre Florentin Moussavou, un véritable partenariat doit s’établir entre les syndicats et leur tutelle. Afin que les problèmes liés à l’Education ne soient plus traités avec la pression, mais que ces derniers soient mis sur la table des pédagogues, pour sauver l’école gabonaise, et permettre aux enfants d’avoir une meilleure instruction. « Il n’y aura pas d’année blanche au Gabon. Car, si l’année blanche est décrétée, cela devrait venir du ministre de l’éducation nationale, qui  est président de la commission de l’Unesco au Gabon » a indiqué le ministre de l’Education Nationale, Florentin Moussavou.

Des propos qui ont permis de rassurer les enseignants contractuels, qui craignaient, une année blanche.   De ce fait, les représentants des  deux centrales syndicales, qui ont assistés à cette rencontre ont donc souhaité, que le cahier de charge soit respecté, pour que l’école reprenne au Gabon.  Et pour l’instauration  d’un climat d’apaisement, ils ont sollicité du ministre  la révision  de la décision de suspension de la CONASYSED. Car,  en croire ces derniers,  cette décision porte atteinte à la liberté syndicale.  « Dans le monde de l’éducation, il y a une grève qui perdure, nous avons fait des propositions, pour ramener les élèves et les enseignants dans les salles de classes. Nous avons dit au ministre, que le gouvernement n’avait pas  le  droit  de suspendre, la Conasysed, c’est à la justice de le faire » a affirmé  Robert Mbeang,  Secrétaire Général  du FEN.

Dans tous les cas, l’on espère que cette rencontre n’accouchera pas d’une souris, et que les élèves pourront  regagner les salles de classes.

Aimé David Nguema

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE