Première réunion conjointe sur les Maladies Tropicales Négligées à prise en charge...

Première réunion conjointe sur les Maladies Tropicales Négligées à prise en charge des cas et à chimiothérapie préventive : Pour mieux planifier la lutte

125
0
PARTAGER
Visite des stands par le ministre de la Santé/pyramidmediagabon.

Dans le but de mieux lutter contre les  maladies Tropicales Négligées (MTN) à Prise en Charge des Cas et de la Chimiothérapie Préventive, une première réunion du genre, organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a débuté ce 20 juin à Libreville pour durer trois jours.

C’est le Gabon qui a été choisi pour abriter cette première réunion conjointe des Maladies Tropicales Négligées (MTN). Ce choix n’est pas anodin, en effet, la sous-région de l’Afrique Centrale détient le fardeau le plus lourd de la région africaine pour ces maladies endémiques. Cette rencontre fera le point de la mise en œuvre à mi-parcours du plan stratégique régional de lutte contre les maladies tropicales négligées pour la période 2014 à 2020 et des plans directeurs nationaux de lutte contre les MTN que les pays ont élaboré pour les périodes 2011-2015 et 2016-2020.

Lors de son allocution d’ouverture, le Dr Boureima HAMA SAMBO, représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a affirmé que «cette réunion est importante, car c’est la première fois où les partenaires et responsables nationaux des programmes, de chimiothérapie préventive et de prise en charge des cas, sont réunis pour travailler ensemble sur une meilleure coordination, planification et intégration effective de la lutte contre ces maladies de la pauvreté ».

Le Ministre de la Santé, Pr Léon N’zouba, a réaffirmé l’implication de notre pays dans la lutte contre ces maladies, grâce « au plan stratégie Gabon émergent, qui prévoit de doter le Gabon à l’horizon 2020 d’un système de santé cohérent efficient et performant, mettant  l’individu, l’homme au centre des soins de santé accessible à tous ».

A noter que la sous-région accuse le plus grand retard dans la mise à l’échelle de la chimiothérapie préventive de masse. C’est pour le conclave de Libreville  a pour but: d’identifier les causes de cet important fardeau et du retard accusé dans la mise en œuvre afin de permettre aux pays d’Afrique centrale et des autres sous-régions d’accélérer la mise en œuvre des activités d’éradication, d’élimination et de contrôle de ces MTN pour être au rendez-vous de 2020.

Le Dr Boureima HAMA SAMBO a tenu à rappeler que « la lutte contre les MTN, ne repose pas seulement sur la prise en charge des malades et la distribution de masse de médicaments, mais exige aussi la lutte contre les vecteurs et hôtes intermédiaires de certaines de ces MTN, ainsi que l’approvisionnement en eau potable, l’hygiène et l’assainissement du milieu». Il s’est néanmoins réjouit, du fait que les autres secteurs soient présents pour témoigner de leur engagement à se joindre aux efforts du Ministère de la Santé et de l’OMS pour lutter contre les MTN: « Car la lutte contre les MTN contribuera à l’atteinte d’au moins sept, des dix sept objectifs du développement durable (ODD).»

Daisy Ntongono

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE