Accueil Société Opération d’assainissement de derniers publics : Mamba s’est-il mordu la queue ?

Opération d’assainissement de derniers publics : Mamba s’est-il mordu la queue ?

PARTAGER
Audience de Blaise Wada dans le cadre de l'opération Mamba, qui tournerait au fiasco/(c)DR.

Lancée en grande pompe par les autorités du pays, l’opération d’assainissement des derniers publics  dénommée Mamba, semble connaitre  un essoufflement. Alors que s’ouvre ce jour 30 octobre, la 3ème eme session des audiences de la cour criminelle spéciale, certaines personnalités inculpées ont déjà recouvré la liberté. 

  A ce jour, seul Blaise Wada a été jugé par la cour criminelle spéciale. L’ancien patron des bassins versants a été condamné à 20 ans de prison, avec confiscation de ses biens et le remboursement de la somme, près de deux milliards. Il faut dire sur cette condamnation, là aussi, il y a beaucoup à dire, ce d’autant que plusieurs procédures n’auraient pas été respectées aux dires du conseil du concerné.  

Etienne Dieudonné Ngoubou, ancien ministre du pétrole qui a assisté à une première audience, à été sorti de prison où il croupissait depuis janvier 2017. L’organisme en charge des questions des droits l’homme aux Nations Unies avait pourtant exigé sa liberté un peu plutôt, mais rien. Que s’est-il passé sur la libération de cet ancien ministre des hydrocarbures ? Simple question de santé, ou manque de preuves et procédures mal entamées pour son inculpation ?

Autre mis en liberté, Mohammed Ait Ben Ali, lui aussi accusé de détournement de deniers publics . Il a été mis en liberté le 16 octobre dernier, soit 11 jours après l’ancien membre du gouvernement, Etienne Dieudonné Ngoubou.

Officiellement, leurs libérations seraient liées aux conditions de détentions’ jugées exécrables à la prison centrale de Libreville. Mais pour certains, cela cacherait beaucoup de choses. Sinon, c’est tous les prisonniers de la prison centrale de Libreville qui pourraient recouvrer la liberté, au regard des conditions de vie dans ce milieu carcéral.

Que s’est-il passé ?  Mamba est-il allé vite en besogne en se mordant la queue lui-même ?

Pourtant, en matière de détournement de derniers publics, seule la cour des comptes est même de lancer des procédures. En cas d’empêchement, ce rôle revient au ministre des finances. Hors, s’agissant de l’opération Mamba, on a contourné ces instances compétentes pour lancer des procédures d’arrestations.

Cela a-t-il été fait à dessein? Wait and see. 

PARTAGER