Mouvement d’humeur à l’EMGCE : les agents fustigent l’indifférence de leur employeur

Mouvement d’humeur à l’EMGCE : les agents fustigent l’indifférence de leur employeur

140
0
PARTAGER

C’est le samedi 17 septembre dernier qu’ils ont manifesté devant les locaux de leur entreprise. Pour exprimer leur mécontentement quant aux nombreuses irrégularités auxquelles ils sont victimes.

L’Entreprise de Menuiserie et de Génie Civile et Equipement, est une entreprise spécialisé dans la menuiserie et l’équipement .Mais depuis deux ans, plus rien ne va dans cette entreprise. Les employés dénoncent plusieurs mois d’arriérés de salaires, le non paiement des congés techniques et le non respect des engagements .Toute chose que la direction générale de la dite entreprise refuse de reconnaitre malgré les cris de détresse des employés qui parlent de conséquences graves sur leur vie.

Pour les employés, il n’est plus possible de continuer à accepter cet état de chose car beaucoup d’entre eux souffrent et continuent de souffrir de cette situation .Un accidenté de travail de la dite entreprise s’explique : « Je suis tombé malade en 2013, un accident de travail et en 2014. J’ai commencé à rendre du sang et aujourd’hui, je ne fais que continuer à rendre du sang. Et quand suis allé faire la radio, cette dernière a révélé que mon poumon, mon thorax et mon estomac ont été touchés .J’ai présenté mon problème à mon employeur, mais il n’a pas été sensible à mon problème .Jusqu’aujourd’hui, c’est ma grande sœur qui s’occupe de mes frais médicaux.»

Les employés dénoncent ainsi cette indifférence affichée par leur employeur, qui devrait plutôt avoir une oreille un peu plus  attentive envers ses employés: « On ne va pas se laisser faire, beaucoup de nos collègues sont malades et non pris en compte. D’autres sont même morts, en tant que délégué du personnel, nous avons interpellé a maintes reprises notre employeur .Nous savons qu’il ya eu des entrées financières, nous  l’avons interpellé pour exiger que les ouvriers qui étaient au chômage technique soient payés » expliquent les ouvriers qui comptent ester en justice afin d’obtenir le paiement de leur droit.

Nalette Beverly Obono

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE