Accueil Société Mort par noyade au Tropicana : Les autorités sortent de leur réserve

Mort par noyade au Tropicana : Les autorités sortent de leur réserve

PARTAGER
Le procureur de la République lors de sa déclaration/DR.

Depuis quelques semaines, l’annonce de la  mort par noyade de 15 élèves  scolarisés au  Collège d’Enseignement Secondaire(CES) d’Akebe-Ville va bon train sur les réseaux sociaux, et aussi sur les chaines de télévision nationales et internationale.  Si bien que le Procureur de la République, Steve Ndong Essame Ndong, a réagi  lors d’un point de presse.

Il aurait fallu qu’une chaine de télévision internationale en parle. Notamment  TV5 Monde, pour que les autorités gabonaises sortent de leur réserve pour enfin se prononcer sur ce drame, trois semaines après qu’il se soit produit.  En effet, Steve  Ndong Essame Ndong, Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Libreville, a annoncé par voie de presse, le 11 juin dernier, la disparition par noyade de 3 enfants au lieu de 15 à la plage du Tropicana,  comme l’avaient  mentionnés  certains medias locaux et internationaux. Cette assertion se basant  sur une enquête  menée par la police judiciaire à la maison des pompes funèbres Gabosep, ayant acceuilli les dépouilles mortelles. Selon ce dernier, ces enquêtes ont révélé  que 3  corps d’enfants ont été retrouvés  rien que pour cette sombre journée du  26 mai à la  plage appelée  Tropicana. Des corps a-t-il laissé entendre, n’ayant été point mutilés.

Mais la question que l’on se pose est celle de avoir, pourquoi le père d’une des victimes repêchées  des eaux du Tropicana, aurait-il affirmé dans un reportage du journal télévisé de TV5 Monde que des traces de torture auraient été retrouvées sur certaines parties du corps sans vie de son enfant ? Là est toute la question. Pour l’instant, c’est plusieurs familles qui continuent à s’interroger sur les causes de ces décès et du mutisme qui s’en est suivi.

PARTAGER