Accueil Société Ministère desTransports et de la logistique: Justin Ndoundangoye maîtrise-t-il véritablement le dossier...

Ministère desTransports et de la logistique: Justin Ndoundangoye maîtrise-t-il véritablement le dossier sur la SOGATRA ?

PARTAGER
Justin Ndoundangoye, le ministre des transports et de la tourisme, au centre, qui va t-il confirmer comme SG?/©DR.

 Ne serait-il pas tout simplement « intoxiqué », comme le prétendent certains, par son comité ad hoc ? Selon les écrits de « l’Union » du 14 septembre 2018 «  plus de 4 milliards de francs » auraient été détournés entre 2016 et 2017. Sans vouloir mettre en doute ces révélations de notre confrère, que nous savons bien introduit dans les arcanes du pouvoir, nous pensons toutefois qu’il faut se poser les bonnes questions pour pister les bonnes réponses. Quelles sont-elles ?

  1. Les difficultés de Sogatra ont-elles réellement commencé à cette période ?
  2. En Mars 2016, l’ex-directeur de Sogatra, Patrick Assele avait invité toute la presse, nationale et internationale, pour le rendu des conclusions de l’audit organisé par la Direction générale du Budget pour la gestion 2013-2015 et dont les principales observations étaient les suivants

  1. Forte concentration des activités autour de la DAF ;
  2. Immobilisation de 45% du parc  roulant due aux pannes ;

      iii.      Grève du personnel liée au non-paiement des salaires ;

  1. Absence d’un outil de gestion des stocks de pièces détachées ;
  2. Destruction du système de comptage à capteur dans les bus et taxis ;
  3. Existence de cas de détournements des recettes ;

   vii.      Non certification des exercices comptables 2012-2014 ;

    viii.      Indisponibilité du logiciel comptable (Sage-Compta) ;

  1. Importante dette sociale (CNSS/CNAMGA) ;
  2. Absence d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ;
  3. Existence d’une pratique de rallonge des montants de prêts accordés ;

      xii.      Existence de plusieurs intervenants dans la gestion des approvisionnements ;

xiii.      Absence d’un système de suivi des commandes ;

   xiv.      Absence d’inventaire permanent des stocks ;

  1. Ecart entre les commandes et les livraisons de carburant

     xvi.      Absence de prévision de trésorerie ;

     xvii.      Insuffisance des pièces justificatives des décaissements ;

      xviii.      Insuffisance du système de contrôle des caisses ;

    xix.      Manque à gagner sur les remboursements de TVA dûs au statut juridique de l’entreprise ;

  1. Gestion approximative des pannes et autres dysfonctionnements observés sur les véhicules ;

 xxi.      Absence de contrats formalisés, ni avec le constructeur (SAV), ni avec les garages retenus pour l’entretien du parc ;

  xxii.      Organisation de plusieurs achats fictifs.

Voilà quelques observations contenues dans le rapport d’audit de 2015. Et cela peut conduire à la conclusion que les problèmes de Sogatra ne commencent pas entre 2016 et 2018.

  1. Pour quelle raison le comité ad hoc, mis en place par le ministre actuel, s’est-il tout uniquement focalisé sur la gestion de Patrick Asselé et n’a pas étendu ses investigations à celle de Ndjoubi Ossami, par exemple ?
  2. Quelle est la fiabilité du rapport présenté au ministre par le comité ad hoc et, surtout qu’il est de notoriété publique que 90% des membres de ce comité sont les principaux gestionnaires de l’entreprise entre 2013 et 2015. Donc les responsables de la gestion « calamiteuse » dénoncée par l’audit de 2015 ?
  3. Pourquoi le ministre n’a pas fait appel à une structure extérieure telle que la Direction d’audit et de fraude de la direction générale du Budget qui avait déjà fait ce travail en 2015 ? Pour quelles raisons avoir confié ce travail à de simples agents qui n’ont aucune expertise en la matière.

Par exemple, selon le rapport du comité adhoc mis en place par Justin Ndoundangoye (« l;Union » du 14 septembre dernier), la Sogatra détiendrait un parc automobile de 197 bus en 2016. Au moment où Patrick Asselé prend la direction de la société. Curieusement, le rapport du procès-verbal de passation de service du 16 décembre 2015 donne des informations contraires. On peut y lire que Sogatra disposait de 139 bus (dont 97 bus roulants et 42 immobilisés) ; 100 taxis compteurs (36 roulants et en bon état, 10 par défaut, et 54 taxis immobilisés pour des pannes multiples. Témoins de cette passation de service : l’actuel SG du gouvernement et ancien SG du ministère des Transports ; l’ancien PCA, le directeur du contrôle de gestion (membre du comité ad hoc mis en place par le ministre) ; l’ancien DAF ; le directeur technique de la maintenance (membre du comité ad hoc aussi) ; le chef de département Tasso (idem) ; le chef du département des agences (idem) ; la chargée d’études du PCA ; la chargée d’études du DG sortant…

Affaire Sogatra, une toile d’araignée dans laquelle risquent de se faire prendre plus d’un, mais, certainement pas le seul Patrick Asselé.

 

PARTAGER