Ministère des Sports Un concours controversé à l’INJS

Ministère des Sports Un concours controversé à l’INJS

187
0
PARTAGER
Nicole Assélé, Ministre de la jeunesse et des sports

Les candidats internes et externes soupçonnent la mauvaise organisation de leur participation au concours d’entrée à l’Institut national de la jeunesse et des sports(INJS) qui aura lieu sous peu à Libreville.

Les modalités d’organisation et de participation des candidats internes et externes au concours d’entrée à l’Institut national de la jeunesse et des sports(INJS) organisé, sous peu, par le ministère dont Dr Nicole Christiane Assélé inquiètent plus. Du coup, cet examen fait d’un couler beaucoup d’encre et de salive dans plusieurs milieux estudiantins. La mascarade se mélange à l’arnaque. Ce concours concerne les futurs enseignants-instructeurs d’éducation physique et sportive (EPS) du premier et second degré. Il devait se dérouler sous l’ère du ministre sortant, Blaise Louembé. Malheureusement, il avait été annulé par dame Nicole Assélé dès son arrivé à la tête de ce département ministériel, pour des raisons dites administratives.

En s’attelant, à nouveau, à organiser ce concours, certaines langues la soupçonnent de vouloir aligner ses proches. Lesquels ne posséderaient aucun niveau pré-requis. Toute chose qui avait d’ailleurs suscité des divergences de vue entre le membre du gouvernement et le directeur général de l’INJS. Du fait que le ‘’DG’’ n’avait pas digéré l’annulation d’un concours officiel organisé par le ministre sortant. Les postulants et la direction générale en avaient été informés, à la dernière minute, à travers une note officielle. Une décision qui avait suscité des vives réactions.

Depuis le début du mois et ce,  jusqu’au 11 février 2017 dernier, délai de dépôt de dossiers de candidature du nouveau concours, tous les postulants étaient conditionnés à déposer leurs dossiers de candidature au ministère de tutelle moyennant une enveloppe de 30 mille FCFA non remboursable. Ce qui a permis au maître des lieux de se faire plein dans les poches, au regard de la forte demande, en raison du chômage croissant qui sévit au Gabon.

Tar’Engongha

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE