Accueil Société Ministère des Affaires Étrangères: Trop c’est trop, pas d’amélioration des conditions de...

Ministère des Affaires Étrangères: Trop c’est trop, pas d’amélioration des conditions de travail, pas de sortie de crise

PARTAGER
L'une des entrées du ministère des Affaires étrangères/(c)pyramidmediagabon.

Les agents du Ministère des Affaires étrangère réunis en Syndicat (SAAE), en grève depuis la semaine dernière, ont décidé ce 8 janvier de manière unanime de monter d’un cran, et de ne rien lâcher jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

Les adhérents du Syndicat des Agents des Affaires Etrangères(SAAE), en grève depuis la semaine dernière pour revendiquer de meilleures conditions de travail, ont décidé de durcir le ton. Ces derniers sont passés d’un simple mouvement d’humeur, en une grève illimitée. « Trop c’est trop, si nous n’obtenons pas satisfaction de nos revendications, il est plus qu’évident que nous refuserons de reprendre le travail », a déclaré le président du SAAE, Ghislain Boukandji.
Depuis plusieurs mois, voire plusieurs années déjà, ces agents semblent être confrontés à divers problèmes qui ne leur permet plus aujourd’hui de travailler correctement, selon eux.
Entre autres soucis évoqués, il y a, selon Ghislain Boukandji, « le bâtiment abritant le ministère des Affaires étrangère qui ne répond plus aux normes de fonctionnement. L’ensemble du bâtiment est confronté à un problème d’eau et d’électricité, Les deux ascenseurs que compte le ministère sont en panne, les commodités (Toilettes) sont hors d’usage depuis une éternité déjà, sans parler des bus de transport du personnel qui sont à l’arrêt pour manque de carburant » a égrainé le syndicaliste.
Autant de disfonctionnements et de manquements dans ce ministère, qui ont conduit ces agents à observer un mouvement de grève illimité, avec néanmoins un service minimum allant de 7h30 à 10h30.
Les grévistes demandent aux autorités de revoir leurs conditions de travail et plus important encore, ils réclament la réhabilitation du paiement de leurs primes de servitude diplomatique qu’ils percevaient tous les trois mois bien avant l’instauration de la Prime d’Incitation à la Performance (PIP). « Nous avons un compte logé au ministère du budget qui est un compte Visas et Passeports qui est régulièrement alimenté par les frais de visa et de passeport que nous produisons. Ce compte est toujours ouvert, mais nous ne comprenons pas pourquoi on n’arrive pas à payer cette prime aux agents », a conclu le président du SAAE.

Daisy Ntongono

PARTAGER