Accueil Société Milieu carcéral/ Objets prohibés ; le ministre de la justice annonce l’ouverture...

Milieu carcéral/ Objets prohibés ; le ministre de la justice annonce l’ouverture d’une enquête

PARTAGER
La prison centrale de Libreville/©DR.

C’est au moins plusieurs objets  qui ont été retrouvés à la prison centrale de Libreville hier à l’occasion d’une opération orchestrée  conjointement par  les ministères de la justice et celui de la défense nationale.

Des téléphones portables, des armes blanches (couteaux, paires de ciseau, fourchettes) des stupéfiants ( cocaïne, cannabis), des sacs autres objets  qui ont retrouvé dans les cellules de la prison centrale de Libreville. C’était à l’occasion d’une opération organisée hier conjointement par les ministères de la justice et de la défense nationale.  Des objets prohibés en milieu carcéral utilisés par les pensionnaires.

L’opération qui a été conduite par le procureur de la République Olivier Nzaou, en présence du ministre d’Etat en charge de la Justice, démontre combien de fois, une négligence a pris forme à la maison d’arrêt de Libreville. Toute chose qui a amené Anicet Edgar Mboumbou Miyakou a ordonné l’ouverture d’une enquête interne, dans l’optique de démanteler les responsables de ce réseau, afin d’infliger des sanctions à ces derniers « il n’est plus question que la prison centrale continue d’être un lieu d’échange de produits prohibés », a laissé entendre le ministre d’Etat en charge de la Justice.

Comme pour passer de la parole à l’acte, le membre du gouvernement  a indiqué que ces téléphones seront réactivés, « afin de retracer le fil des différentes communications émises ou reçues depuis sans famille ».

Faut-il le rappeler, plusieurs articles de presse, ont maintes fois, dénoncé le réseau de business qui a sérieusement pris forme à la maison d’arrêt de Libreville. Un deal qui se passerait entre pensionnaires et gardiens de prison. Mais le réseau est loin de s’arrête qu’à ces seuls hommes.  Du coup, l’on bien peur que cette opération n’aboutisse pas à des mesures irréversibles. Car ce réseau ferait vivre son homme.

PARTAGER