Accueil Société Médias publics/Redevance audiovisuelle et cinématographique : la mafia à ciel ouvert

Médias publics/Redevance audiovisuelle et cinématographique : la mafia à ciel ouvert

PARTAGER
Le siège de Gabon Télévision à Libreville/(c)internet.

Nombre de directeurs généraux des médias publics devant bénéficier de la cagnotte issue de la redevance audiovisuelle et cinématographique, pour le fonctionnement des chaînes qu’ils dirigent, quittent leurs postes sans toucher cet argent. Pour ne prendre que le cas de Gabon Télévisions, le DG sortant, Sébastien Ntoutoume, a juré la main sur le cœur n’avoir jamais touché un copeck de la Rac. Mais où est donc passé ce ‘’miang’’ ?

La redevance audiovisuelle et cinématographique, c’est le surplus de 500 fcfa, qui avait été imposé aux abonnés des bouquets satellites qui ont pignon sur  rue au Gabon. A en croire certaines sources, cet argent avait pour ambition d’améliorer les conditions de travail des médias publics.

Si à ce jour, la RAC est bien opérationnelle, seulement voilà, beaucoup, notamment, les patrons des médias publics ne savent pas la destination que prend cet argent. D’ailleurs, c’est au cours d’une réunion entre l’actuel ministre de la communication, Rigobert Ikamboya Ndeka, la commission en charge de la gestion de la RAC et les patrons des médias publics que l’information sur l’existence de cette cagnotte sera dévoilée.

Mais que ne fut pas la surprise des patrons de médias publics, lorsqu’ils ont appris que les différents médias ont bel et bien bénéficié de cet argent. Pour ne prendre que le cas de l’année  2017-2018, Gabon Télévision aurait reçu une somme de 360 000 000fcfa,  Radio Gabon 180 000 000Fcfa, l’institut de l’image et du son IGIS, 30 000 000Fcfa, AGP 54 000 000Fcfa, Gabon 24, 60 000 000Fcfa. Fait curieux, c’est que même Gabon Culture est bénéficiaire de cette manne, à hauteur de 22 000 000fcfa, alors même que ce média, ancêtre de Kanal7 n’existe plus et son personnel redéploye dans les services. Même les services du ministère de la communication ne sont pas en reste dans la distribution de cette enveloppe. Somme perçue : 54 550 000Fcfa.

Un scandale, lorsqu’on sait le calvaire vécu par les médias publics qui connaissent un disfonctionnement, en matière d’équipements.  

Dans les médias publics, la colère est montée d’un cran depuis le milieu de la semaine dernière, où les syndicats, notamment le Synap, le Syprocom ont décidé de rentrer en grève.

Hier, Mercredi 09 octobre, alors que  Sébastien Ntoutoume Bekale faisait ses dieux, pour faire de la place à Sylvain Abessolo, la colère était encore au rendez-vous. C’est donc dire que le nouveau DG aura bien du fil à retordre.

PARTAGER