Accueil Société Médias : L’OPAM reprend du service

Médias : L’OPAM reprend du service

PARTAGER
Le directoire de l'Opam réélu en octobre dernier/©DR

L’Organisation Patronale des Médias a repris ses activités depuis le lundi 10 février dernier à Libreville. Occasion pour son président, Guy Pierre Biteghe,  de présenter à l’assistance le nouveau bureau élu, lors de la dernière assemblée tenue à Lambaréné, avant d’exhorter les uns et les autres à plus de responsabilité et de persévérance.

L’atmosphère était lourde lors de la cérémonie officielle de la reprise de ses activités. Et pour cause : la crise économique et financière qui touche la plupart des secteurs d’activité n’épargne pas celui des médias. Une impasse économique synonyme au mauvais fonctionnement du monde de la presse au Gabon. «  Au moment où nous entamons cette nouvelle année, on ne peut occulter que la réalité actuelle du pays, ne donne pas confiance en l’avenir. Mais ceci étant, il ne nous est pas donné le droit de baisser les bras. Pour ce faire, il est à rappeler que l’OPAM, lors de l’Assemblée Générale élective de Lambaréné, s’est dotée d’un nouveau bureau », a tenu à préciser l’ancien et nouveau Président de l’OPAM,  Guy Pierre Biteghe. Un bureau composé de six membres qui a été renvoyé à l’exercice de ses fonctions, pour une période  de deux ans, conformément aux statuts et règlement intérieur de l’OPAM.

 Si l’OPAM peut se réjouir de quelques victoires glanées au cours de son premier mandat, toutefois, le président a noté, avec regret, une baisse de niveau de motivation de ses membres. Un immobilisme qui devrait être  gommé, pour retrouver la vitesse de croisière d’antan, afin d’amener l’organisation à engranger d’autres succès susceptibles d’améliorer les conditions de vie et de travail des hommes de médias. «  Il nous faut très rapidement retrouver notre vitesse de croisière avec ou sans moi. Il faut qu’on se batte sur  les dossiers suivants : la subvention allouée par l’Etat à la presse ; le nouveau Code de la Communication, en lien avec l’ordonnance qui crée et organise la HAC ; la demande du départ du président de cette administration qui est toujours d’actualité », a-t-il martelé, avant de justifier les mobiles de ses absences répétées du pays. «  Vous avez dû le constater, depuis un moment, je suis constamment absent du pays. Il ne s’agit pas de voyages d’agrément. Je traverse, en ce moment, des problèmes de santé qui me poussent à être souvent absent du pays et cela pour de longues périodes. Les membres du bureau ont le devoir de faire en  sorte que mon absence ne puisse pas impacter sur la vie de notre organisation. Je soumets au Vice-président la possibilité de convoquer, en urgence, une Assemblée Générale extraordinaire comme, cela est prévu par les statuts, afin de constater et de suppléer à l’indisponibilité » a conclu le patron de l’OPAM.

Il est vrai que l’année s’annonce rude pour le monde de la presse. L’OPAM doit faire des pieds et des mains pour sortir de cette situation périlleuse, pour la survie des entreprises de presse.

                                                           RMO

.

PARTAGER