Accueil Société Médias : Harold LECKAT tacle la Lettre du Continent

Médias : Harold LECKAT tacle la Lettre du Continent

PARTAGER
(c)Gabon Média Time

Moins content des écrits du journal très habitué des milieux feutrés des palais présidentiels La Lettre Du Contient,  dont le dernier numéro a, comme d’habitude laissé une place de choix au Gabon. Dans un article intitulé « le premier cercle familial en force autour d’Ali Bongo ». Dans l’article, le média révèle que Liban Soleman, le Coordonnateur général du Bureau de Coordination du Plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE est non seulement le véritablement patron de la communication présidentielle. Mieux qu’il contrôle  le contenu de certains médias partenaires de la présidence de la République, dont Gabon Média Time. Toute chose qui a mis le patron de ce média en ligne dans une colère noir. Harold Lecka s’est donc fondu dans un communiqué, dont nous vous livrons l’intégralité. Lecture

  COMMUNIQUÉ :

Dans un article paru ce jour, dans le journal confidentiel La Lettre du continent intitulé “Le premier cercle familial en force autour d’Ali Bongo”, qui fait état de la stratégie adoptée par le président Ali Bongo Ondimba pour renforcer son régime, Gabon Media Time est cité comme l’un des médias « contrôlés » par Monsieur Liban Soleman à cet effet.

Des affirmations gratuites que nous réfutons pour les condamner. La rédaction de Gabon Media Time n’a aucun contact avec Liban Soleman présenté par nos confères comme un de nos mécènes.

Gabon Media Time est un média en ligne, libre et indépendant, porté par des jeunes gabonais habités par une appétence pour le travail bien fait.  Nous ne nous reconnaissons nullement dans ces propos qui n’ont vocation qu’à nous étiqueter et faire de la récupération politique du travail que nous abattons au quotidien.

Attendant de la part de la Lettre du Continent tout le professionnalisme nécessaire au rétablissement de la vérité, Gabon Media Time réaffirme son attachement aux principes démocratiques de la liberté de la presse dans le respect bien entendu des personnes.

Harold LECKAT

Directeur de la publication

PARTAGER