Accueil Société Médias : encore une suspension pour l’Aube

Médias : encore une suspension pour l’Aube

PARTAGER
Journal l"Aube suspendu pour 6 mois/ ©Gabonreview.

Alors que le canard venait de purger une peine, voilà qu’il vient encore d’écoper d’une suspension de 6 mois. En croire le régulateur des médias au Gabon, la Haute Autorité de la communication, cette nouvelle sanction a été provoquée par deux articles parus dans l’Aube, propriété du groupe Oloumambe.

Le groupe Oloumambé va-t-il maintenir pour longtemps ? En tout cas, les sanctions dont sont victimes ses médias ne sont pas pour permettre à ce groupe de presse de maintenir le Cap. Et comme si cela ne suffisait pas l’un de ses canards phare, l’Aube vient à nouveau d’être suspendue par la Haute Autorité de la communication.

Selon le communiqué du régulateur des médias au Gabon, le journal paie pour avoir publié une interview du directeur de publication du journal Echos du nord, Désiré Ename, qui a également écopé deux semaines avant d’une suspension de 4 mois. L’autre gaffe commise par le journal l’Aube est un avant-papier sur Maixant Accrombessi, paru le 01er avril dernier. Le contenu de l’article faisait état de ce que l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo était soulagé d’avoir été écarté de la présidence de la République. Pourtant, une semaine après, le média est revenu à la charge, en indiquant que cet article n’était qu’un poisson d’Avril. Malgré cette raison, le plaidoyer n’a pas satisfait la HAC, qui n’a pas eu d’autres choix que de suspendre le journal pour 6 mois.

Il faut dire que depuis la mise en place de la Haute Autorité de la Communication, l’Aube, la Loupe du groupe Oloumambé n’échappent pas aux suspensions de régulateur des médias. Toute chose qui peut ressembler à un acharnement vis-à-vis des journaux de ce groupe. Une situation qui pourrait également être à l’origine de la fermeture définitive de groupe de presse pour de raisons économiques. Est-il besoin de rappeler ce que peut coûter une suspension de 6 mois un tel titre ?

 Il serait souhaitable que la Hac trouve une autre manière de sanctionner, afin de permettre à ces entités économiques de survivre.

PARTAGER