Médias : bruit de détournement à Radio Gabon

Médias : bruit de détournement à Radio Gabon

422
0
PARTAGER
DR.

Entre détournement de recettes produites par les stations de radio provinciales, la radio de Libreville,  et la dilapidation des ressources propres destinées au fonctionnement et à l’autonomisation de la Radio Gabon par les dirigeants de ces organes, les agents ont décidé de ne plus rester sans rien faire et d’agir en conséquence.

C’est au cours d’une assemblée générale tenu ce 19 juillet à la maison Georges Rawiri, que la présidente du Syndicat national des professionnels de l’audiovisuel public (SYNAPAP), Aminata Brigitte Ndjomba épouse Ondo’Mendogo, a, en accord avec tous les membres dudit syndicat, donné un préavis de grève, aux dirigeants de leurs structures, afin de solder les arriérés de salaires de 6 mois des agents de radio Gabon. A défaut de cela, une plainte sera déposée contre eux aux fins de découvrir la destination réelle que prend le fruit de leur dur labeur.

« La situation de gestion quotidienne de Radio Gabon et Gabon Télévision est très calamiteuse. Comment concevoir que la Radio a reçu en 2016, 424 millions pour son fonctionnement, et que ses frais de production propres s’élèvent à près de 5 millions par mois. Mais les agents sont toujours confrontés aux problèmes d’arriérés de salaires. Où est passé tout cet argent ? » S’est interrogé la présidente du syndicat avant de poursuivre : «les stations provinciales produisent des recettes qui sont détournées, sans compter les recettes en communiqués, produits par la Radio de Libreville. Ces ressources propres et ces subventions avec lesquelles nous sommes censés fonctionner sont purement et simplement dilapidées par nos dirigeants. »

Face à toutes ces dérives, d’ordre financier et managérial constaté, le Syndicat qui est un agent public et un gendarme, demande que l’opération  »Mamba » qui a été lancée pour lutter contre ce genre de détournements, s’intéresse de plus près à la situation qui prévaut au sein de ces structures, afin de mieux édifier ces agents sur la destination finale des fonds qui leur sont non seulement alloués, mais aussi les recettes produites par les deux entités. Car aujourd’hui, ils n’attendent plus rien de l’Etat, et la seule manière de faire face à l’avenir est d’avoir une meilleure gestion de leurs finances, un bon management et une vision pour l’avenir.

Daisy Ntongono

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE