Accueil Société Mauvaise Gestion des centres hospitaliers au Gabon: Quid des responsabilités?

Mauvaise Gestion des centres hospitaliers au Gabon: Quid des responsabilités?

PARTAGER
DR.

la  problème de la gestion des centres hospitaliers du Gabon,  se pose encore avec beaucoup d’acuité dans le pays.  l’accueil  et les frais pour bénéficier des soins de santé de qualité, donnent  encore  du tournis aux patients. Au moment où, l’Etat  vient de décider de reformer le système sanitaire, la question de la responsabilité du gouvernement, suite aux mauvais traitements réservés aux patients, taraude l’esprit des populations.

Les centres  hospitaliers Universitaires (CHU) construits dans la capitale, fonctionnent, en ce qui concerne les d’hospitalisations  où les consultations, comme des cliniques. Du coup, les populations sont encore contraintes  de  se faire soigner à l’indigénat. Les personnes qui se sont fait hospitaliser  sans assurance, dans ces centres, le regrettent amèrement.   Et pour tenter d’améliorer la qualité des soins, le gouvernement a opté pour des nouvelles reformes en remettant la gestion des centres hospitaliers  à des entités privées. C’est dans cette  optique, que  l’entreprise médical Sphéra Health  management antares,  et  le gouvernement, ont signé un partenariat en vue de la gestion du centre hospitalier  Universitaire Mère enfant,  Jeanne Ebori de Libreville. Et  grâce aux nouvelles reformes,  ce partenariat donne la possibilité aux responsables de l’entreprise médicale  SPHERA  HEALTH d’avoir une autonomie de gestion  du centre hospitalier. Selon les autorités gabonaises, le but recherché par l’Etat serait  de mettre fin aux plaintes des patients. Ce qui, à priori,  est une bonne chose, mais lorsqu’on regarde les plaintes des médecins et des patients, l’on fini par comprendre que le principal responsable de la mauvaise gestion, des centres hospitaliers du pays, est l’État. Car, depuis des années, ces centres hospitaliers sont gérés comme des épiceries familiales, par des personnes à la solde du pouvoir, qui ont toujours balayé d’un revers de la main, toutes les récriminations,  et les doléances de leurs collaborateurs qui ne demandent que les meilleures conditions de travail et une amélioration de leurs conditions de vie.

 Et  à cause de ces manquements, ces derniers ont souvent considéré les patients, comme étant les responsables de leurs malheurs, en faisant subir à ces derniers des traitements inhumains avec un  accueil qui donne désormais une image peu reluisante aux centres hospitaliers du pays.

C’est une évidence, le véritable problème des hôpitaux publics au Gabon est lié à la prise en charge du parient. Ici, l’hôpital est devenu un endroit où l’on meurt systématiquement parce que les aspects administratif et financier demeurent une condition sine qua non pour soigner le malade, qui peut tomber malade au moment où il n’a pas les moyens nécessaires de répondre aux exigences financières. Du coup, les patients meurent à la réception des hôpitaux publics. A défaut d’aller se faire prisonnier dans une clinique qui peut facilement les recevoir en urgence.

On peut dès lors se demander, si les privés à qui l’État concède les hôpitaux publics, peuvent prioriser le service public où l’État lui-même a failli.

PARTAGER