Accueil Société Mairie de Libreville On y pratique de l’arnaque pour recruter

Mairie de Libreville On y pratique de l’arnaque pour recruter

PARTAGER
DR.

C’est l’information qui circule depuis deux mois, période où se sont déroulées les auditions pour le recrutement des membres des cabinets des maires de la commune de Libreville. Il se dit que la commission mise en place, a plutôt opté pour de l’arnaque au lieu d’un recrutement en bonne et due forme.

Il faut dire que Rose Christiane Ossouka ne pouvait pas déroger à cette règle, celle de procéder, à son tour, à des recrutements des membres des cabinets de maires, qui n’ont pas d’emploi, mais qui, pour des raisons politiques, ont accompagné leurs patrons durant leurs mandats politiques. C’est même une tradition à la Mairie de Libreville. Cela ‘’relève d’une reconnaissance’’, indique un agent municipal bien  au fait de cette pratique. « Car durant la période électorale, plusieurs de ces hommes et femmes ont mouillé le maillot pour faire élire leurs patrons », poursuit notre interlocuteur.

Mais durant le règne d’Ossouka, beaucoup s’accordent à dire qu’elle n’a pas procédé à des recrutements comme ce fut le cas pour ses prédécesseurs. Elle a plutôt été sollicitée par ses collègues maires pour recruter les membres de leurs cabinets, qui après ce mandat, du fait de ne pas avoir de l’emploi, risquent d’aller tourner les pouces à la maison.

Mais là où le bât blesse, c’est que lors des auditions, certains, à en croire nos sources, ont dû débourser des sous à la demande des responsables de la commission. On y indique des sommes de 200.000 FCFA, voire plus, par cas. Un membre de cabinet d’un maire s’est plutôt confié à un de ses proches lorsqu’il s’est agit de débourser de l’argent. Puisque la jeune dame visiblement intéressée, va  aller solliciter un prêt pour satisfaire à la demande de ses interlocuteurs de la Commission, pour la plupart, selon nos sources, des membres du  cabinet de madame le maire.

Questions : la Maire était-elle au fait de cette exigence financière ; cette exigence concernait-elle tous les postulants ? Et pourquoi pour un simple recrutement, on opte pour un échange contre les espèces sonnantes et trébuchantes ?

Reste maintenant à attendre les résultats de cette commission de recrutements, pour savoir qui a pu décrocher son emploi à la mairie de Libreville.

 

PARTAGER