Accueil Société Mairie de Libreville: Le feu couve !

Mairie de Libreville: Le feu couve !

PARTAGER
©DR

Après  plus de cent jours passés à la tête de l’équipe municipale de Libreville, la vision de Léandre Nzué demeure incomprise chez bon nombre d’agents municipaux. Au point que certains pensent qu’ils sont plus des businessmen que des élus locaux. Tant leur soif du gain est avérée.

Installé en février dernier, le maire, Léandre Nzué avait promis des meilleures conditions  de travail et de vie, tant aux agents municipaux qu’aux populations de la commune de Libreville. Seulement voilà, plus de 5 mois après sa prise de fonction, aucun résultat n’est perceptible aux yeux de bon nombre d’agents municipaux. S’il est vrai que l’actuelle équipe municipale excelle dans les luttes contre les occupations anarchiques des espaces publics et autres nuisances sonores, il reste que ces opérations lancées tous azimuts laissent à désirer. Sans pédagogie, les agents envoyés sur le terrain, pour la plupart des jeunes des quartiers sous intégrés, feraient dans un excès de zèle qui ne dit pas son nom. Au point que le contribuable, qui devrait être un partenaire privilégié de la mairie de Libreville, est souvent traité comme un vulgaire voyou.

Dans la maison, c’est-à-dire à l’hôtel de ville de Libreville, le climat n’est pas serein. Les agents fustigent l’attitude de l’actuelle équipe qui essayerait de ‘’clochardiser les agents municipaux’’.  « On a toujours pensé que la mission de l’agent municipal se limite à la vente des timbres », déplore un ancien de la maison. Cependant, continu-t-il, « A la mairie, nous avons plusieurs missions, mais que chaque élu qui vient à la tête de notre institution refuse de nous mettre à l’épreuve. Nous avons des agents municipaux parfaitement formés, mais les ¾ des directeurs généraux, des agents et autres chefs de services reviennent de l’extérieur ». Une situation qui n’arrange pas les agents.

En Août dernier, on ne sait pas par quelle magie, plusieurs agents ont perçu deux à trois fois le triple de leur salaire, sans qu’une explication ne soit donnée. Mais, c’était sans savoir que toutes ces avances, pourtant pas demandées, devaient être retirées les mois qui suivaient. Résultats : en pleine rentrée scolaire, ces pères et mères de familles se sont retrouvés sans leurs  émoluments de fin de mois, pour préparer la rentrée scolaire de leur progéniture.

Il en est de même des nominations. Logiquement, après arrêté du maire, les nominations devraient être affichées, malheureusement, bon nombre de services se sont vus, un bon matin, bombarder d’un nouveau patron, sans qu’ils ne soient au courant de rien.

Autre problème, les allocations et autres cotisations à la CNSS et celles des retraites, semblent être la dernière préoccupation des maires. « Cela fait deux ans que nous ne cotisons plus à la CNSS, alors que nous sommes prélevés. A ce jour, ceux qui sont partis à la retraite, il y a deux ans, ne touchent toujours pas leurs pensions. Il en est de même de ceux qui sont décédés, dont les parents ne perçoivent rien », s’est indigné un agent.

Depuis l’arrivée de l’actuelle équipe, il se susurre que le mode de versement qui se faisait directement au Trésor, sous l’ère Rose Christiane Ossouka, aurait changé. Vrai ou faux ? Sauf que des bruits de détournements se font de plus en plus avec insistance dans la maison que dirige Léandre Nzué. Est-ce pour cette raison que le directeur des marchés a été viré ? Tout porte à le croire.

Autant de points qui mettent les agents municipaux dans une colère noire.

PARTAGER