Accueil Société Mafia sur le chemin de fer gabonais :Un cadre de l’ARTF interpellé

Mafia sur le chemin de fer gabonais :Un cadre de l’ARTF interpellé

PARTAGER
L'ancien ministre Justin Ndoundangoye, aurait facilité la création d'Engerail/©DR

Le directeur technique de l’Autorité de régulation du transport ferroviaire (ARTF), par ailleurs cadre dirigeant d’Engérail, cabinet d’études privé et concurrent de l’ARTF, a été interpellé le 7 janvier dernier. 

Les pratiques d’outre-tombe, instituées sur le chemin de fer gabonais, à l’époque de l’ancien ministre des transports, Justin Ndoundangoye, pourraient être à l’origine de l’interpellation du directeur technique de l’Autorité de régulation du transport ferroviaire (ARTF) le 7 janvier dernier. Du moins, c’est ce que semble confirmer la clameur populaire. Dans nos précédentes éditions, nous faisions état de la mise en place d’une structure parallèle à l’ARTF dénommée Engerail, un cabinet privé intervenant sur le chemin de fer, dit-on, pour le règlement de la problématique des déraillements récurrents des trains au niveau des 24 zones de la voie ferrée jugées instables. Un marché attribué à Engerail par le concessionnaire et avec la bénédiction de l’ancien ministre des Transports et ancien secrétaire exécutif de l’ARTF, Justin Ndoundangoye. La gestion d’Engérail devant être assurée par un autre ancien secrétaire exécutif de l’ARTF à la retraite, proche de l’ancien ministre, un certain Yembit qui, apprend-t-on, serait recherché par la force publique à l’heure qu’il est, certainement pour répondre des mobiles ayant conduit à la mise en place d’Engerail.

Au fil du temps, Engerail s’est révélé être un gouffre à sous, mis en place, non pas pour pallier à la problématique des accidents du train comme prétendument indiqué, mais permettait plutôt aux promoteurs du fameux cabinet d’études privé, de se faire plein les poches, grâce aux moyens colossaux dégagés par le concessionnaire du chemin de fer, finalement  pour une prestation dont on a du mal à voir les résultats.

Heureusement, qu’en dehors de trois décès survenus suite à une collision des trains marchandise et minéralier, la providence divine a permis d’éviter au train   voyageur, jusqu’à ce jour, un accident qui aurait certainement occasionné un deuil national  dans le transport ferroviaire, entre Owendo et Franceville. Comme quoi, souvent, la boulimie financière  et l’empressement à l’enrichissement de certains compatriotes, passent avant les intérêts des populations et du pays tout entier.

 

PARTAGER